Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Les Etats-Unis deviendraient-ils pacifistes ?

Deux articles différents, référencés in fine, semblent confirmer l'hypothèse que l'opinion américaine serait lassée de guerres qui n'aboutissent à rien et coûtent environ 800 milliards annuels aux contribuables.

Ceci pourrait se traduire lors des élections mi-mandat américaines de 2020. Des candidat(e)s se présentant comme pacifistes-neutralistes, telle Tulsi Gabbard, pourraient emporter un nombre suffisant de voix pour inquiéter Donald Trump. Celui-ci en tiendra-t-il compte afin d'infléchir sa politique internationale dans le sens de la négociation et non des menaces militaires.

Le point intéressant est que ce sont désormais des milliardaires américains tels que George Soros et les frères Koch, cités par le premier article, qui considèrent comme plus productif non seulement pour l'économie mais pour leurs propres intérêts que les milliards de dépenses militaires s'investissent désormais dans les domaines civils, où les besoins sont immenses et les exigences des Américains de plus en plus audibles.

Mais le second article est plus significatif encore car il montre que Donald Trump lui-même a senti le vent. Récemment, au lieu d'évoquer comme précédemment la menace d'une guerre contre la Corée du Nord, coupable de renforcer son armement nucléaire et le développement de missiles de plus en plus performants, il a paru admettre, lors de son entrevue le 1er juillet avec le président nord-coréen Kim Jung Un, que celui-ci était légitime en cherchant à se doter de missiles nucléaire à portée intermédiaire. Tout aussi significatif a été le fait, remarqué par tous les médias, que son conseiller à la Sécurité Nationale John Bolton, réputé à juste titre comme le plus faucon des faucons de la Maison Blanche, n'assistait pas à cette entrevue.

Mais faut-il en déduire qu'un pays se disant démocratique, comme les Etats-Unis, puisse ne plus être dirigé par le Complexe Militaro-Industriel (CMI) américain y exerçant un pouvoir de fait depuis des décennies et tirant ses ressources et son autorité politique de la préparation de futures guerres ? L'opinion publique elle-même, qui est largement conditionnée par des médias financés par le CMI, deviendra-t-elle suffisamment autonome pour réclamer la paix ? On peut en douter. Les observateurs perspicaces s'attendre à ce qu'un événement d'ampleur, tel un incident grave diplomatique provoqué par le CMI, dont l'expérience en de domaine est considérable, relance la course à la guerre. A défaut, les pacifistes tels que Tulsi Gabbard, voire Trump lui-même, s'il s'entêtait dans le dialogue, pourraient tomber victimes d'attentats qui seraient évidemment imputés à la Russie ou à la Corée du Nord.

Références

https://www.bostonglobe.com/opinion/2019/06/30/soros-and-koch-brothers-team-end-forever-war-policy/WhyENwjhG0vfo9Um6Zl0JO/story.html

https://www.theguardian.com/us-news/2019/jun/30/trump-and-kims-dmz-meeting-proves-more-than-just-a-photo-op

Voir aussi

https://www.dedefensa.org/article/trump-avec-carlson-sans-bolton

02/07/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire