Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Imminence de la crise climatique mondiale

Une nouvelle analyse confirmant l'imminence d'une crise climatique catastrophique vient d'être publiée.

Comme à l'habitude, des « scientifiques » recrutés par les intérêts pétroliers affirmeront qu'il s'agit d'une nouvelle campagne destinée à les affaiblir, au profit d'illusoires industries dites vertes ou de partisans de la décroissance. Comme à l'habitude également les gouvernements ayant la possibilité de réduire les formes les plus dangereuses de « recherche de la croissance » ne feront rien.

Cette analyse provient  du think tank australien Breakthrough National Centre for Climate Restoration. Le rapport peut être téléchargé gratuitement à l'adresse https://docs.wixstatic.com/ugd/148cb0_a0d7c18a1bf64e698a9c8c8f18a42889.pdf

Le rapport, dira-t-on, n'écrit rien d'original, cependant il est particulièrement alarmiste. Selon lui, la civilisation humaine est au bord de la disparition. Le terme de disparition doit être entendu au sens fort. Les raisons de cet effondrement imminent sont les changements climatiques, l'inaction des gouvernements et les crises sociales ainsi qu'économiques qui en résultent.©

Compte tenu du fait qu'aucun effort significatif visant à réduire l'utilisation des combustibles fossiles charbon, pétrole et gaz naturel n'est prévu dans un avenir proche, les chercheurs ont envisagé que les émissions mondiales de CO2 atteindraient leur valeur maximale d'ici 2030. En conséquence, avant 2050, la température moyenne de l'air sur Terre augmentera de trois degrés par rapport aux valeurs préindustrielles. La banquise, qui reflète les rayons du soleil, fondra, le pergélisol disparaîtra et une sécheresse de grande envergure s'abattra sur l'Amazonie, considérée jusqu'ici comme le poumon vert de la planète. .

Par ailleurs, le phénomène des moussons en Asie et en Afrique de l'Ouest ainsi que dans le Gulf Stream se modifiera, ce qui aggravera la température de l'océan atlantique et par conséquent celle de l'Europe. Pour sa part, l'Amérique du Nord souffrira de phénomènes météorologiques dévastateurs, notamment d'incendies de forêt, de sécheresse et d'inondations. On en constate les prémisses aujourd'hui.

Plus gravement encore, les fleuves prenant leurs sources dans l'Himalaya perdront une grande partie de leur eau, ce qui provoquera des famines en Asie. Les précipitations au Mexique et en Amérique centrale seront réduites de moitié. D'ici 2100, la température de la planète commencera à dépasser de 5°C les valeurs préindustrielles.© REUTERS / MO

Les chercheurs rappellent qu'un réchauffement  de quatre degrés est incompatible avec l'organisation actuelle de la communauté mondiale. Même un réchauffement de deux degrés entraînerait un exode sans précédent du Sud au Nord, si bien que le nombre de «réfugiés climatiques» dépasserait un milliard de personnes. La Sibérie et les terres polaires seront envahies par des dizaines, sinon des centaines de millions de réfugiés climatiques qui y détruiront les écosystèmes actuels déjà fragiles.

Selon le rapport, aucun gouvernement du monde, plus généralement aucune nation, ne sont pour le moment capables de faire face à ces dérèglements et à prendre des mesures appropriées afin d'y remédier.

On s'en serait douté.

09/06/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire