Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Les opposants à Vladimir Poutine réussiront-ils à le faire tomber ?

La question est de plus en plus posée par ceux qui étudient la vie politique en Russie. Ils s'appuient sur la popularité du président Poutine dans l'opinion telle qu'elle apparaît dans les derniers sondages. Elle n'a jamais été aussi basse, soit environ 31%.

Plus sérieusement, les voix de ceux qui se disent des opposants déterminés à Vladimir Poutine et cherchent à obtenir son départ sont de plus en plus audibles.

Mais pourquoi cette baisse de popularité? Diverses raisons peuvent la justifier. La première est que Poutine et son gouvernement se sont lancés dans une réforme des pensions qui comme toute politique de ce genre, qualifiée de réforme, vise à augmenter les contributions et diminuer les prestations afin de rétablir les équilibres. Ceci se justifie au vu des dépenses considérables dues au système actuel hérité de l'Union soviétique à un moment où le pays a de plus en plus besoin de roubles s'investissant dans des investissements productifs. Mais la démarche est très mal reçue par l'opinion. Elle est ressentie comme devant enrichir les apparatchiks .

Plus sérieuse est l'opposition qui se dit Patriotique. Elle critique au plan de la politique internationale ce qu'elle nomme les concessions que Poutine ferait aux Occidentaux et notamment aux Etats-Unis. On lui reproche d'être un « intégrationniste atlantique » en se sens qu'il viserait à faire entrer la Russie dans l'Otan, voire dit-on dans l'Union européenne. Au plan intérieur elle critique le libéralisme affiché de Poutine et de Medvedev, qui ont renoncé à l'interventionnisme public généralisé en vigueur dans l'URSS avec pour conséquence l'abandon prétend-elle de toutes mesures socialistes, voire simplement sociales.

Ceci est oublier que sans Poutine la Russie serait désormais un Etat failli analogue à ce qu'est l'Ukraine aujourd'hui. Non seulement il a sauvé la Russie de l'effondrement mais il en a fait une des trois ou quatre superpuissances mondiales. L'opposition « patriotique » provient en fait des anciennes élites qui avaient commencé à piller les ressources du pays au profit des oligarchies financières qu'elles représentaient. Poutine avait mis un frein à ce pillage, sans être capable de le faire disparaître entièrement. Les élites ne le lui pardonnent pas.

Le problème auquel est confronté aujourd'hui Vladimir Poutine est que ces différentes oppositions sont très présentes au Kremlin et n'entendent pas céder la place. A l'inverse, les intérêts qui continuent à soutenir Poutine se recrutent parmi les milieux militaires ou au sein du complexe militaro-industriel russe. Or ceux-ci, par définition, sont discrets et ne cherchent pas, au moins publiquement, à se faire entendre de l'opinion.

On peut penser cependant que même si les opposants à Vladimir Poutine sont de plus en plus bruyants, ils manquent d'une personnalité prestigieuse capable de les représenter et les diriger, tant au plan intérieur qu'au plan international. Vu le bas niveau personnel de ces opposants, Poutine ne risque rien d'eux.

Note.
Nous recevons ces précisions d'un correspondant à Moscou

Je crois que la popularité de Poutine a en effet reçu un coup dans l'aile avec sa réforme des pensions. Il a cru qu'elle passerait discrètement. Il a eu tort. Pour le reste la véritable opposition est démocratique et mal traitée, surtout Alexeï Navalny, chef de file de l'opposition radicale au Kremlin, qui passe sa vie en prison par épisodes.

La pétulante et jolie Ksenia Sobtchak est intéressante, presqu'acceptable pour Poutine, mais ces deux  fortes personnalités, elle et Navalny s'invectivent régulièrement.

Les Russes haussent souvent les épaules en fin de conversation, disant qu'après tout, Poutine, c'est la stabilité et qu'il a réussi à faire payer l'impôt par les grands groupes et les riches. L'Etat fonctionne (cela change de la période Yeltsin), Les profs et l'administration sont payés en temps et en heure, c'est très important... C'est ça aussi Poutine.

01/06/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire