Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

La guerre commerciale américano-chinoise va-t-elle repartir ?

La volonté de l'administration américaine, annoncée le 5 mai 2019, d'augmenter les droits sur 200 milliards de produits chinois importés a pu surprendre.

Beaucoup d'intérêts, tant en Chine qu'aux Etats-Unis, attendaient que les négociations commerciales engagées depuis plusieurs semaines entre les deux pays permettent d'augmenter les échanges réciproques. Son résultat immédiat a été de bloquer ce processus de négociations. 

Aucune date de reprise n'a été annoncée, même si les deux parties ont voulu rassurer les marchés financiers en indiquant que les négociations n'étaient pas complètement rompues. Le prétexte de ce blocage, selon une personnalité américaine interrogée par le Financial Times, a été que la Chine n'avait pas apporté d'éléments significatifs en vue d'un futur accord.

Les nouveaux droits américains pourraient, selon une déclaration de Donald Trump, s'appliquer à 325 milliards d'importations chinoises supplémentaires. Cependant, dans une série de tweets les 9 et 10 mai, celui-ci, d'une façon peu cohérente à son habitude, Trump a déclaré que sa relation personnelle avec le président chinois Xi Jinping était excellente et que les négociations s'étaient tenues dans un excellent climat et devront reprendre. Sans vouloir parler de rupture, Pékin a cependant annoncé qu'il allait prendre des mesures de représailles.

Beaucoup pensent que ces négociations n'ont guère de chance de repartir, car elles avaient suscité beaucoup d'oppositions chez les soutiens politiques de Trump et une certaine hostilité dans les milieux gouvernementaux chinois. Pour simplifier on rappellera que les industries traditionnelles américaines, notamment les aciéries, souffrant de la concurrence chinoise, considèrent les droits sur les produits chinois concurrents comme salvateurs.

Cependant, un grand nombre d'entreprises américaines important des produits chinois et les incorporant dans leurs productions avaient vu avec intérêt une diminution du coût de leurs importations diminuer avec une réduction des droits. On pensera en particulier à toutes celles qui incorporent de l'électronique et de la microélectronique d'origine chinoise dans leurs produits finis ou leur services. Politiquement cependant, elles n'avaient pas paru capables à ce jour de se faire entendre à Washington. Trump leur avait précédemment déclaré, toujours dans des tweets, qu'il était très favorable à une augmentation du coût des importations pour assurer l'emploi local.

A Pékin beaucoup d'intérêts politiques et militaires sont opposés à des concessions tarifaires qu'ils considèrent comme une capitulation politique de la Chine face aux Etats-Unis. Ils viennent de s'exprimer avec force lors d'un Forum qui vient de se de se tenir à Pékin impliquant notamment des représentants des industries militaires.

C'est ce que rapporte un article apparemment bien informé récent du Financial Times, intitulé China's industrial-military hawks flex their anti-US muscles. Ils estiment que ces concessions tarifaires chinoises s'inscrivent dans une trop longue ligne de concessions en faveur des Etats-Unis. Celles-ci, faites aujourd'hui dans le domaine commercial, pourraient encourager Washington à entreprendre une guerre véritable.

11/05/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire