Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Une honte. Julian Assange arrêté par la police britannique dans l'ambassade d'Equateur

Le fondateur de WikiLeaks Julian Assange a été arrêté jeudi à l'ambassade d'Equateur à Londres où il était réfugié depuis sept ans. Il pourrait comparaître le même jour devant la justice britannique. C'est ainsi que finiront tous ceux qui disent la vérité. Qu'ils le sachent

"Julian Assange, 47 ans, a été arrêté aujourd'hui, jeudi 11 avril, par des agents du service de la police métropolitaine (MPS) à l'ambassade d'Équateur", a annoncé Scotland Yard, expliquant qu'il a été procédé à cette interpellation en vertu d'un mandat de juin 2012 délivré par le tribunal londonien de Westminster, pour non présentation au tribunal, ainsi que d'une "demande d'extradition américaine". Assange a été placé en garde à vue dans un commissariat londonien et sera "présenté au tribunal de Westminster dès que possible".

Son audition pourrait avoir lieu dès jeudi, selon le personnel du tribunal

Julian Assange est apparu vieilli et affaibli, cheveux blancs et barbe hirsute, Plusieurs années de réclusion complète avaient ruiné sa santé. Il a été emmené hors de la représentation diplomatique équatorienne vers 09H30 GMT par six policiers habillés en civil jusqu'à un fourgon de police, selon une vidéo de son arrestation filmé par l'agence Ruptly TV. Voir https://www.youtube.com/watch?v=7Z00wtysST4

Cette décision, bien qu'attendue, a provoqué l'indignation chez les soutiens de Julian Assange qui voient en lui un héros de la transparence. Ils se sont immédiatement mobilisés, dénonçant la décision de l'Equateur et les conditions de cette arrestation, survenue au sein d'une ambassade.

De son côté, Moscou, qui a exprimé à plusieurs reprises sa sympathie pour le fondateur de Wikileaks, a accusé Londres d'"étrangler la liberté", tandis que l'ex-président équatorien Rafael Correa, qui avait à l'époque accueilli Julien Assange, a qualifié son successeur Lenin Moreno de "traître".

Selon Christine Assange, la mère du fondateur de WikiLeaks, "Julian est susceptible de comparaître devant un magistrat britannique dans les 24 heures". "Notre objectif est, comme toujours, d'empécher une extradition aux États-Unis » Il y risque en effet la réclusion à perpétuité sinon la peine de mort compte tenu de la publication en 2010 sur son site internet Wikileaks de milliers de documents confidentiels du département d'Etat et du Pentagone.

Il s'était réfugié dans l'ambassade équatorienne en 2012 pour éviter d'être extradé vers la Suède, où il était accusé de viol par deux femmes manifestement manipulées. D'ailleurs le dossier avait depuis été classé.

Le sort d'Assange découragera sans doute définivement tous ceux tentés, en diffusant des documents authentiques transmis par des « donneurs d'alerte », de montrer les dessous du monde politique et diplomatique. L'humanité pourra continuer à courir au désastre dans l'ignorance générale.

Note au 12/04

Voir https://www.wsws.org/en/articles/2019/04/12/murr-a12.html

Note au 13/04

Les journalistes américains commencent à se rendre compte que l'arrestation et l'inculpation de Julian Assange est une atteinte directe à la liberté de la presse, comme l'expliquent ces articles. Il est étonnant de voir qu'en France nul ne paraît s'en inquiéter.

Voir
https://russia-insider.com/en/us-governments-indictment-julian-assange-poses-grave-threats-press-freedoms/ri26769
et surtout https://russia-insider.com/en/assanges-arrest-erases-what-america-suppposedly-stood/ri26763

Voir aussi
https://www.wsws.org/en/articles/2019/04/13/pers-a13.html ainsi que 
https://theintercept.com/2019/04/11/the-u-s-governments-indictment-of-julian-assange-poses-grave-threats-to-press-freedoms/

Selon le journaliste et auteur  argentin Santiago O'Donnell, travaillant avec WikiLeaks (Argenleaks: les données de WikiLeaks sur l'Argentine de A à Zet PolitiLeaks: tout ce que la politique argentine voulait dissimuler), l'un des derniers visiteurs extérieurs et soutiens d'Assange à l'avoir vu dans sa pièce d'exilé politique devenu prison, en fait un tableau consternant : « D'un côté, c'est une douleur physique très forte, un résultat d'absence de soins médicaux. Il a une dent cassée, un bras pratiquement paralysé. Il y a une grande pression psychologique. Il a passé beaucoup d'années enfermé, sans accès à un air frais et à la lumière du soleil. Ensuite, ses propriétaires se sont transformés en geôliers et ont rendu sa vie insupportable pendant presqu'un an. Quand je l'ai vu, il était dans un état paranoïaque. C'est la personne la plus persécutée dans le monde » cité par DeDefensa http://www.dedefensa.org/article/notes-apres-la-chute-dassange

Note au 20/04

Excellent article de DeDefensa
http://www.dedefensa.org/article/notes-sur-le-destin-de-julianassange

11/04/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire