Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Catholicisme : les églises victimes de vandalisme extrême en 2018

Ce site se veut laïc. Cependant, il nous apparaît opportun de republier ici cet article de notre confrère Joseph Leddet, responsable de la Gazette des Changes. Selon la formule usuelle dans la presse, précisons que ses propos n'engagent que lui.

Selon les statistiques de la gendarmerie, confirmées par celles du Ministère de l'Intérieur, il y aurait eu en France plus de 1000 actes anti-chrétiens commis en 2018, sous forme de vols ou de dégradations dans les lieux de culte. Quand on constate qu'une telle situation se heurte au silence assourdissant des médias (hormis un récent article du «Figaro »), ainsi qu'à l'absence totale de réaction des dirigeants politiques, alors que la moindre dégradation d'une synagogue ou d'une mosquée fait immédiatement la « une » de LCI ou de BFM TV, assortie d'une déclaration outrée du Président ou du Premier ministre, on est en droit de se poser quelques questions.

La première est celle de l'attitude de nos responsables politiques, qui accordent de facto une attention majeure aux communautés mineures en France ( cf. la bousculade des ministres pour assister au dîner annuel du CRIF, ou les simagrées à l'occasion de la moindre agression dite « antisémite » ou « islamophobe »), tout en méprisant ouvertement la famille catholique, ses représentants et ses fidèles ou sympathisants, alors qu'ils constituent l'essence-même du peuple français.

La seconde est celle de la passivité, voire de la duplicité associée des médias. Ce faisant nos dirigeants, qu'ils soient de droite ou de gauche, ainsi que les médias qui les servent, trahissent notre pays et ses valeurs, au nom d'un mondialisme dévoyé, favorisant un culte des minorités aussi injuste qu'inacceptable. La déferlante migratoire initialisée voilà 45 ans par M. Giscard d'Estaing via le regroupement familial, confirmée ensuite par M. Mitterrand, a conduit à accorder la nationalité française à une population étrangère souvent de bas niveau qui en partie ne la mérite pas, hostile à nos valeurs, y compris à l'usage-même de notre langue, et refusant de s'intégrer, pour des raisons pseudo-culturelles ou religieuses.

L'essor du « populisme », tel que décrié par le président Macron et par les beaux esprits de St-Germain-desPrés, est à vrai dire la réaction normale d'un peuple français qui n'a pas envie de voir ses traditions pluriséculaires balayées d'un trait au profit de gens venus d'ailleurs, que l'on ne peut que qualifier d'adversaires, voire d'ennemis, à qui l'on donne tous les droits sans leur imposer de devoirs en contrepartie, et qui de plus cassent l'ambiance du pays. Attention à l'explosion prochaine...

Joseph Leddet

11/04/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire