Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Pourquoi l'Occident a-t-il détruit sa base industrielle ?

Cette question est posée dans l'article référencé ci-dessous du journaliste économique canadien Matthew J.L. Ehret, fondateur de la Canadian Patriot Review. Le titre de l'article en résume le sens général.

L'Occident, Etats-Unis et Canada en premier lieu, ont décidé voici quelques décennies de renoncer à développer leurs investissements industriels sous la pression de campagnes d'opinions arguant que ceux-ci mettent en danger la biodiversité de la terre.

Depuis des décades, il a été dit en effet que l'activité industrielle de l'humanité est la cause directe du réchauffement climatique et des conséquences en résultant sur la biodiversité. Aujourd'hui, pour éviter ceci, les nations précédemment industrielles s'engagent dans de coûteux et inefficaces programmes de production d'énergie à base de panneaux solaires, de biofuels et d'éoliennes qui augmentent le coût de l'électricité, qui diminuent de façon abyssale les capacités industrielles des nations dites encore développées et qui ruinent les bases du développement des infrastructures et des entreprises industrielles. Particulièrement visées par ces programmes sont l'actuelle production d'énergie nucléaire par fission et la future énergie nucléaire par fusion.

On considère généralement que des accidents meurtriers pourraient survenir dans des centrales nucléaires. Mais les défenseurs du nucléaire, parmi lesquels se range l'auteur de l'article, font valoir qu'il s'agit de risques éventuels dont par ailleurs les effets destructeurs seraient moindres que ceux résultant d'un appel généraliséet permanent à des énergies de remplacement.

Matthew Ehret remarque par ailleurs que l'importante population de pays comme l'Inde et la Chine justifie que ces derniers n'abandonnent pas leurs projets industriels et leurs sources d'énergie actuelle, lesquelles reposent essentiellement sur le charbon et le pétrole. En effet, des relevés satellitaires provenant de la Nasa et mesurant l'intensité de la végétation sur la Terre montrent que l'Inde et la Chine sont infiniment plus verts que le reste du monde, à l'exception des pays européens. Cela tient à la volonté délibérée de l'Inde et la Chine de développer des cultures et replanter des arbres dans des terres jusqu'ici en voie de désertification.

Il en conclut que les campagnes d'opinion visant à pousser les pays industriels à abandonner leurs industries émanent certainement de gouvernements ou d'autres agents géopolitiques voulant affaiblir ces pays industriels pour prendre leur place. La protection de l'environnement n'est en rien leur souci. Matthew Ehret, cependant, au terme de ce long article que nous ne pouvons pas analyser ici, ne désigne pas qui sont selon lui ces gouvernements et agents géopolitiques. Il s'en prend seulement à un certain Maurice Strong qui avait pour le Canada présidé le 2e sommet de la Terre.

C'est un peu dommage. En tous cas, il exhorte le Canada à ne pas céder à ces pressions. Il le félicite d'avoir rejeté le Green New Deal que vient de proposer la candidate démocrate Alexandria Ocasio Cortez à la présidence des Etats-Unis.

Pour en savoir plus

* Article de Matthew Ehret
  http://theduran.com/why-has-the-west-destroyed-its-own-industrial-base/?mc_cid=2e0db78aba&mc_eid=c88862f7f8

* Observation de la Nasa
https://earthobservatory.nasa.gov/images/144540/china-and-india-lead-the-way-in-greening

* Rejet du Green New Deal
https://ici.radio-canada.ca/nouvelle/1162403/etats-unis-changements-climatiques-environnement-senat-elections

 

08/04/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire