Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Justin Trudeau en danger

Le Premier ministre canadien Justin Trudeau a indiqué le 24 février qu'il était officiellement candidat à sa succession lors des prochaines élections législatives en octobre 2019.

A la suite de quoi,  Justin Trudeau a été investi  par le parti libéral, dans sa circonscription de Papineau (centre de Montréal), dont il est le député depuis 2008. Il avait été réélu en 2011 et 2015. S'il l'emportait, il pourrait de nouveau prétendre au poste de Premier ministre. Mais rien n'est encore assuré pour lui.

Son avenir importe beaucoup, non seulement aux mouvements politiques canadiens se disant libéraux, mais qui sont profondément conservateurs. Il préoccupe beaucoup aussi Washington qui trouve en lui un fidèle auxiliaire dans son effort permanent pour assujettir à la politique américaine l'ensemble de l'Amérique du Nord. Il est en effet considéré dans les instances internationales comme une version canadienne et francophone de la voix de l'Amérique.

Récemment les soupçons de corruption qui pesaient depuis longtemps sur lui viennent d'être  renforcés par ce que l'on nomme l'affaire l'affaire Wilson-Raybould. Celle-ci qui fait désormais l'objet de nombreux commentaires désapprobateurs dans les médias. Cette affaire est complexe et ne peut être discutée ici. L'article de Moon of Alabama en date du 1er mars 2019 cité en référence en donne une bonne présentation.

Disons seulement qu'en 2016, la société de grands travaux canadienne SNC-Lavalin avait du reconnaître devant un procureur public qu'elle avait fait les années précédentes des donations illégales de 80.000 dollars au Parti Libéral de Trudeau. Selon l'usage cette affaire aurait du être jugée devant une cour fédérale. La ministre de la Justice et attorney générale Jody Wilson Raybould devait en décider. Justin Trudeau et ses amis politiques ont fait pression sur elle pour que les poursuites soient abandonnées. Mais comme elle s'y refusait, Justin Trudeau la démis de ses fonctions.

Fin 2018, à la demande de la commission de la Justice de la Chambre des Communes, elle témoigna avoir subi les pressions du gouvernement afin qu'elle abandonne les poursuites contre SNS-Lavalin. Dans une conférence de presse, Trudeau affirma qu'il n'en était rien. Mais ses explications semblent n'avoir convaincu personne. On insinua même, évidemment sans preuves. qu'il avait lui-même reçu de l'argent de SNC-Lavalin. Aujourd'hui, un Comité d'éthique indépendant a rouvert le dossier. Trudeau espère qu'il en sortira innocenté, mais même en ce cas l'affaire aura sans doute compromis son avenir politique.

Référence

Voir  Moon of Alabama, Justin Trudeau is finished

02/03/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire