Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Si Trump attaque militairement la Russie, Moscou répondra dans les mêmes termes

C'est ce que que vient de déclarer publiquement Vladimir Poutine dans une note au Parlement. Certains lui avaient reproché de ne pas riposter au retrait unilatéral des Etats-Unis du traité INF « Intermediate-range missile » conclu entre les Etats-Unis et la Russie soviétique du temps de la guerre froide.

Par ce traité les deux puissances s'entendaient pour ne pas déployer de tels missiles, dits IRBM, en Europe. Leur emploi aurait inéluctablement entraîné une guerre nucléaire, dont l'Europe aurait été la première victime.

Il faut rappeler que contrairement aux missiles intercontinentaux ICBM, les IRBM, à supposer qu'ils aient été lancés par erreur, ne laissaient pas suffisamment de temps à l'adversaire pour juger s'il s'agissait effectivement d'une erreur ou au contraire d'une frappe délibérée justifiant une réponse immédiate. Même si les Etats-Unis ne décidaient pas d'attaquer la Russie avec ces missiles, aujourd'hui dotés d'une tête nucléaire, une telle erreur pourrait se produire. Sur une durée de temps suffisante, on pourrait même prévoir qu'elle se produirait inévitablement.

Or Vladimir Poutine vient d'indiquer que si, à la suite du retrait américain du Traité INF, Washington stationnait de tels missiles en Europe, Moscou ferait de même à sa frontière orientale avec l'Europe . Ces armes seraient utilisées non seulement contre des missiles américains, mais contre les centres de commandement et de contrôle intéressant ces derniers. Ceux-ci sont en voie d'installation dans certains pays européens, avec leur accord. La Pologne était allée plus loin. Elle avait récemment demandé expressément à Washington la mise en place d'une de ces bases.

Dans son adresse au Parlement russe, Vladimir Poutine a précisé qu'il disposerait rapidement de tels armes, capables de répondre en tous points à celles des Etats-Unis.

Il apparaît aujourd'hui de plus en plus clairement que Donald Trump, en répudiant le traité INF, savait très bien qu'il augmentait les risques d'une guerre nucléaire, la Russie directement menacée ne pouvant rester sans riposte. Les Etats européens qui hésitent encore à obéir aux injonctions de Trump, devraient y trouver de nouveaux arguments pour rester dans le traité INF

Références

* Wikipedia Traité INF

* RT.com Putin: If mid-range missiles deployed in Europe, Russia will station arms to strike decision centers

Note au 22/02

La Russie suivra “symétriquement” le comportement des USA, mais éventuellement par des moyens “asymétriques”. C'est-à-dire que si les USA déploient des missiles terrestres à portée intermédiaire en Europe, les Russes déploieront à leur tour une capacité de riposte (symétrie), mais par des moyens différents (asymétrie), c'est-à-dire des missiles hypersoniques pouvant être tirés sur le territoire US à partir de sous-marins ou de navires russes au large des côtes des USA. Merci a Dedefensa

 

 

20/02/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire