Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Moscou va-t-il cesser son soutien à Nicolas Maduro ?

Peu après la décision des plus grands Etats européens, Italie exceptée, de reconnaître la légitimité de Juan Guaido qui s'est auto-proclamé à l'incitation de Washington président par intérim du Venezuela, l'on peut s'interroger le 8 février sur ce que fera Moscou.

Le Venezuela est géographiquement éloigné, un appui militaire serait difficile, sinon impossible car risquant de provoquer une confrontation directe avec l'armée américaine. De plus, La Russie elle-même, grosse productrice de pétrole, n'aurait en principe pas besoin de faire appel aux réserves du Venezuela.Enfin, jusqu'à présent, et malgré le soutien réaffirmé de son ministre des affaires étrangères Serguei Lavrov, Vladimir Poutine est jusqu'à ce jour resté très prudent, sinon silencieux sur ce point.

Ceci autorise des médias américains à pronostiquer que très vraisemblablement, il ne maintiendra pas son soutien à Nicolas Maduro. On en trouve un exemple dans un article de Bloomberg daté du 6 février, Russia Starts to Worry Maduro's Grip May Slip in Venezuela

Néanmoins, il faut prendre avec beaucoup de réserves de tels arguments, car ils visent à rallier l'armée venezuelienne à la cause américaine et encourager les entreprises qui ont pris le parti de Juan Guaido.

Un article du 2 février publié sur le site américain « alternatif  Stormcloudsgathering, intitulé THE REAL REASON THE U.S. WANTS REGIME CHANGE IN VENEZUELA, explique au contraire pourquoi Washington veut renverser Maduro. Nous avons souvent ici recensé ces raisons. Inutile d'y revenir ici. L'intérêt de l'article est qu'il détaille les raisons pour lesquelles Moscou s'opposerait toujours à cette initiative de « regime change ». Nous partageons ce point de vue que nous avons souvent également résumé ici. On lira l'article, mais il est inutile d'y revenir.

Nous pouvons par contre évoquer d'autres raisons pour lesquelles Vladimir Poutine sera selon nous obligé de sortir de son silence prudent et s'engager clairement. S'il abandonnait Maduro, il donnerait un tel signal aux pays alliés de la Russie, notamment au sein du Brics, que ceux-ci seront amenés à se demander s'ils ont fait le bon choix en se rapprochant de la Russie. Celle-ci les lâcherait à la moindre difficulté.

A plus forte raison cette crainte serait celle des nombreux pays, notamment l'Iran au Moyen-Orient et d'autres en Afrique, qui envisagent une coopération avec la Russie pour échapper à l'hégémonie de Washington au sein de la zone dollar. La Chine, par ailleurs, jusqu'ici alliée solide de la Russie, y compris au plan militaire, serait conduite à se demander si au moindre froncement de sourcil de Washington, elle serait abandonnée par la Russie.

On objectera que, si Washington persistait à renverser Maduro, y compris par une intervention militaire, ni Moscou ni ses alliés, qui pourtant disposent de nouvelles armes capables de décourager l'armée américaine, ne voudront les utiliser contre celle-ci afin de ne pas provoquer une nouvelle guerre mondiale. Mais dans les relations internationales, rien n'est jamais décidé à l'avance. C'est celui qui parle le plus fort qui finit par se faire entendre. Si Washington comprenait que ce serait lui qui déclencherait une guerre mondiale en provoquant directement la Russie au Venezuela, il y réfléchirait à deux fois. Mais il faudrait que Poutine le dise clairement.

Mais rien n'est certain, bien évidemment.

08/02/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire