Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Le Grand Débat public. Mission impossible

Sur le site de la Commission Nationale du Débat Public, initiative française lancée sous la présidence d'Emmanuel Macron et censée améliorer la relation entre le pouvoir et les citoyens, l'on trouve une liste des valeurs que ce débat doit respecter pour être considéré comme honnête, c'est à-dire non manipulée par le gouvernement ou par les intérêts financiers internationaux au service desquels il s'est mis.

Chacun peut désormais connaître désormais cette liste : indépendance, neutralité, transparence, égalité de traitement, argumentation. Voir https://www.debatpublic.fr/ses-valeurs

Or les récentes décisions d'Emmanuel Macron ont toutes pour objet de détourner ces valeurs au profit d'une campagne politique lui permettant d'échapper aux légitimes critiques que lui adresse l'opposition, et dont les manifestations des Gilets Jaunes sont aujourd'hui l'expression la plus visible. La main mise d'Emmanuel Macron sur le Grand Débat public est tellement évidente que la présidente de la Commission, Chantal Jouanno, a décidé de s'en retirer. Il devrait apparaître à tout observateur objectif qu'Emmanuel Macron veut transformer ce débat à son avantage. 

Il a nommé ou nommera partout des personnalités politiques à son service. Les propositions citoyennes qu'il considérera comme dangereuses pour lui seront détournées ou rendues inaudibles. Autant dire qu'aucune décision supposée s'inspirer des propositions de ce débat ne sera prise. Il a d'ailleurs fixé à l'avance les points sur lesquels il ne voudra pas se laisser entraîner. Médiapart a pu a juste titre parler d'un hold-up ou d'une « manipulation Macron » .

Ceci explique les réserves qu'exprime l'opposition face à ce Débat tell qu'il sera détourné par la présidence. Ces réserves sont telles que les plus motivés des Gilets jaunes ont déjà décidé de ne pas y participer. Certains ont commencé à mettre en place des groupes de travail qui s'efforceront d'organiser des débats d'initiative citoyenne, selon un terme utilisé. Il est prévisible cependant que les adversaires des Gilets affirmeront, à tort ou à raison, que les procédures n'ont pas été suivies ou que les résultats ont été faussés.

Un Réseau téléinformatique national ?

Des entreprises informatiques proposent d'avoir recours à un logiciel ou système informatique utilisé au plan national et pouvant en principe présenter des garanties d'objectivité, si des experts dont l'indépendance politique serait assurée le définissaient et surveillaient sa mise en œuvre sur l'ensemble du territoire. La CNDP avait dès le début proposé que des logiciels informatiques ouverts (open source) participent à l'organisation du débat ou au collationnement de ses résultats. Mais ceci n'a convaincu personne dans l'opposition vu les possibilités considérables de manipulation résultant de l'emploi de ces procédures.

Pourrait-on demain faire mieux, à supposer que les différents partis ou mouvements politiques s'entendent au plan national pour rechercher et utiliser de tels logiciels dans le cadre d'un réseau téléinformatique national défini et mise en place d'un commun accord ? Nous pensons que, si puissante aujourd'hui que paraisse être la technologie, la chose serait impossible, même en y consacrant des sommes considérables dont personne ne dispose.

En effet, les technologies numériques ne peuvent en l'état actuel résoudre toutes les difficultés qu'imposerait l'organisation d'un tel débat. Le débat n'aurait rien de démocratique s'il devait s'organiser à propos de thèmes choisis à l'avance. Il devra permettre à chacun d'indiquer les thèmes et les solutions qu'il propose. Autrement dit, il faudrait mettre à disposition de l'ensemble de la population, nécessairement sur des supports informatiques répartis auxquels chacun devrait se connecter, des logiciels capables de décrypter les mots ou les phrases qu'il utiliserait pour s'exprimer. Ceci devrait tenir compte non seulement du sens des messages, mais du vocabulaire qu'il utiliserait et même de l'accent plus ou moins régional qui serait le sien.

Plus difficile encore, il faudrait que la base de données centrale soit capable de regrouper autour de thèmes raisonnablement communs des propos qui apparemment donneront l'impression d'être décousus ou très divers, sinon contradictoires. Ceci étant, nul ne devrait avoir accès à ces regroupements et à leurs résultats tant que le débat se poursuivrait, de façon à ce que chacun s'exprime spontanément et non en vue d'influencer les résultats finaux.

Bien d'autres conditions seraient nécessaires, compte tenu des exigences légitimes des organisateurs ou des partis et mouvements politiques intéressés aux résultats du débat. Nous ne les examinerons pas ici. Disons seulement que les réunions à l'ancienne, dans une salle improvisée et avec des animateurs de bonne volonté, ne pourraient pas avant longtemps être remplacées.

Image. Le grand débat tel que le conçoit Emmanuel Macron

Note au 09/02

En fait, l'espoir de mettre au point une méthode relativement objective de diadogue dans le débat public relève de l'illusion. L'expérience montre que ce sont toujours ceux qui ont les moyens de s'exprimer le plus fort ou le plus visiblement qui déterminent la décision du groupe. Ceux qui ne sont pas convaincus n'ont d'autres solutions que renoncer à s'exprimer. Il est bien évident que si dans le Grand Débat Public tel qu'organisé actuellement par Emmanuel Macron, celui-ci tenait le moindre compte d'opinions différentes des siennes, il se suiciderait. Mieux vaudrait en ce cas annoncer sans attendre qu'il démissionnerait de ses fonctions présidentielles.

03/02/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
A LIRE AUSSI
Les articles de la même rubrique et sur les mêmes thèmes
Aucun
Les articles de la même rubrique
Les articles sur les mêmes thèmes
Aucun
Europe Solidaire