Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Génétique. Améliorer la photosynthèse chez les plantes à usage alimentaire

Des généticiens de l'université d'Urbana dans l'Illinois (USA) ont récemment découvert que le processus dit de la photosynthèse permettant aux plantes de produire du carbone alimentaire à partir de la lumière solaire, ne fonctionnait qu'imparfaitement dans la nature.

Ils proposent de l'améliorer afin de rendre les plantes tel que le triticum produisant une céréale, le blé, utilisée dans l'alimentation humaine, d'être beaucoup plus productives. Ceci pourrait à contribuer à diminuer la faim dans le monde, sans appels à des engrais chimiques et autres produits toxiques.

Les plantes produisent des chaînes d'atomes de carbone à partir du CO2 atmosphérique. Mais les enzymes captant le CO2 font souvent des erreurs et captent de l'oxygène (O) de l'air et l'ajoutent par erreur à la chaîne de carbone, la rendant toxique. Les plantes dépensent beaucoup d'énergie pour éliminer les molécules toxiques. Ce processus coûteux est nommé la photorespiration. 1). Il peut réduire de moitié l'efficacité de le photosynthèse. C'est le cas concernant les légumes et les fruits.

Les généticiens ont mis au point par génie génétique trois modes de production permettant aux plantes modifiées d'éviter ce processus coûteux 2). Dans le meilleur des cas, l'efficacité de la production de chaînes de carbone est augmentée d'environ 40%. Ils ont travaillé à partir du tabac sur lequel il est plus facile d'expérimenter compte-tenu de la brièveté de son cycle de vie. Mais l'objectif vise en priorité les plantes céréalières. .

Cette intervention ne serait pas cependant sans risques. Il pourrait profiter par reproduction croisée à des plantes dites parasites, ou produisant des fruits toxiques pour l'homme ou les animaux qui s'en nourrissent. Cependant d'autres généticiens n'ayant pas participé à la recherche considèrent que les perturbation du milieu végétal résultant de la diffusion de plantes ainsi génétiquement modifiées serait moindre que celles découlant comme c'est actuellement le cas de l'abus d'engrais chimiques.

 

07/01/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire