Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

La crainte d'une crise financière mondiale

Les marchés boursiers mondiaux enregistrent partout une forte baisse (1). Beaucoup d'échos ont été donnés aux pertes enregistrées par Apple depuis octobre 2018.

Apple, l'un des « géants de l'internet américains » a perdu environ 600 milliards de dollars sur le marché des capitalisations. Cette somme est à comparer aux 700 milliards du budget militaire américain annuel.

Mais toutes les entreprises mondiales cotées en bourse ont subi des pertes de cet ordre de grandeur. On estime que le marché boursier mondial a subi depuis 3 mois une perte de 12 trillions de dollars. Le trillion équivaut à 1 milliard de milliards. L'imagination peine à se représenter clairement ce que signifie cette somme. Le Produit intérieur brut des Etats-Unis a été estimé en 2019 à 18.000 milliards de dollars.

Ce ne sont pas les budgets des entreprises qui supportent ces pertes, ce qui leur serait insupportable. Ce sont les actionnaires détenant des actions de ces entreprises, lesquels voient la valeur de leur épargne diminuer d'autant. En conséquence, ils sont obligés de réduire leurs dépenses d'investissement et de consommation, ce qui se traduit par une baisse mondiale d'activité. Si cette baisse est suffisamment rapide et importante, on parle de crise mondiale. La crise d'abord économique peut se propager dans le domaine politique. Si elle est suffisamment importante, un certain nombre d'Etats peuvent ne pas y résister, face à leurs oppositions internes. C'est ce qui s'était produit lors de la crise mondiale de 1929.

La Chine, dont la monnaie le yuan n'est pas cotée en bourse, a déclaré, selon les chiffres fournis par la Banque Populaire de Chine, une baisse de l'activité industrielle qui se serait produite depuis 2 ans. Ceci vu l'importance croissante prise par la Chine au plan de l'activité mondiale, ne restera pas sans répercussions.

Apple reste une des entreprises les plus solides de Wall Street. De même son activité économique ne diminue pas. Ce sont seulement ses actions qui étaient trop demandées ces derniers temps par les investisseurs, sans doute par effet de mode, au regard de l'activité et des bénéfices de l'entreprise restant stables. Une correction s'imposait. Mais vu l'interconnexion mondiale considérable des entreprises, bien illustrée par cette étude de Global Security Magazine (2), l'effet se propage rapidement, y compris éventuellement en Chine, 2e puissance économique mondiale. Or Apple a de nombreux liens économiques avec la Chine.

La crise continue actuellement à s'étendre, et nul bien évidemment ne peut en prévoir la fin. Elle s'étend actuellement aux banques italiennes et devrait gagner la France et le reste de l'Europe. On lira à ce sujet un article du Daily Mail (3). Les crises à Wall Street lors de ces dix dernières années ont été nombreuses, mais n'ont pas duré plus que quelques semaines au plus.

Certains en concluent que la grande crise financière mondiale redoutée depuis des années serait en train de se produire. Les prochains jours verront ce qu'il en est.

04/01/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire