Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

L'explosion prévue des migrations de la misère

Selon un sondage réalisé récemment par l'Institut Gallup, 700 millions de personnes veulent émigrer hors de leur pays d'origine et rejoindre des régions plus accueillantes.1) Ceci correspond au 1/6 de la population adulte dans le monde, femmes et hommes réunis

On ne manquera pas de critiquer ce sondage comme reposant sur des méthodes non objectives, ou bien particulièrement difficiles à utiliser dans les pays pauvres, il reste que dans l'ensemble ces chiffres paraissent cohérents avec ce que l'on peut savoir de l'état de l'opinion dans ces pays.

Il ne suffirait pas d'exposer les chiffres brut, il faudrait comprendre les raisons de leur importance. Mais là, les pouvoirs politiques et économiques dominants, dans les pays riches mais aussi dans les pays pauvres, refusent toutes les analyses. Elles mettrait en lumière leur responsabilité dans ce que ces élites veulent présenter comme une malédiction inhérente à l'état actuel de développement du monde, ou à une croissance démographique hors contrôle, mais dont elles ont directement responsables.

Un examen rapide de la situation en Afrique sub-saharienne le montre. Il y a certainement sur-natalité pour des raisons sociétales ou religieuses propres à l'Afrique, mais il faut y voir surtout la conséquence de l'exploitation sans contrôle des ressources naturelles dont ces pays sont riches par des entreprises capitalistes françaises, américaines et hollandaises dont les firmes chinoises sont en train de prendre le relais.

Les africains sub-sahariens ont une durée de vie d'environ 46 ans. Leur revenu, si l'on peut employer le terme, est de 2 dollars par jour. Si des gouvernements africains indépendants des firmes occidentales étaient au pouvoir, ils mettraient en place des investissements industriels et commerciaux qui, comme en Europe, ont permis l'augmentation de l'emploi et des revenus des salariés. Même si cette augmentation est considérée aujourd'hui comme insuffisante, elle a été infiniment plus élevée que celle aujourd'hui permise aux africains de souche. Les bénéfices des investissements faits aujourd'hui par les firmes occidentales profitent essentiellement aux actionnaires et aux salariés « blancs » employés par ces firmes.

Les perspectives du réchauffement climatique, qui devraient se traduire par une augmentation de la désertifications du Sahel, sont aujourd'hui parfaitement connues des africains, grâce aux médias. Il n'y a rien d'étonnant dans ces conditions qu'ils émigrent vers la riche Europe. Ces mouvements sont encore insignifiants par rapport aux flux migratoires se chiffrant par dizaines, sinon par centaines de millions, prévus pour les deux décennies prochaines.

Bien évidemment, les sociétés européennes en souffriront d'une façon encore peu imaginable. Mais pendant le temps, les entreprises occidentales continuant à exploiter sans partages les ressources africaines, continueront à accumuler les bénéfices.

Référence

1)  https://news.gallup.com/poll/211883/number-potential-migrants-worldwide-tops-700-million.aspx

 

02/01/2019
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire