Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Evolution de la situation en Syrie

Plusieurs évènements viennent de se dérouler en Syrie à la suite de l'annonce par Donald Trump du retrait des forces américaines. Nous les résumons ici .

Il y a eu accord entre les Kurdes et le gouvernement syrien (1), avec entrée de l'armée syrienne dans la ville de Manbij pour renforcer le dispositif des milices kurdes face à une éventuelle offensive turque. Ce déploiement syrien à Manbij  est effectif.

Un rapprochement entre les Kurdes et les Syriens (accord Kurdes-Assad) était prévisible dès lors que les Américains se retiraient et laissaient les mains libres aux Turcs. Or nul ne sait encore si les Turcs vont mettre leurs menaces à exécution contre les Kurdes syriens, soupçonnés d'encourager un séparatisme turc en Turquie. En fait nul ne sait encore si Erdogan va partir à l'offensive contre les Kurdes ou plutôt suivre le conseil des Russes et tenter de régler cette situation du Nord de la Syrie autour d'une table de négociation.

On notera par ailleurs que le monde arabe, ou plutôt pétro-arabe, toujours proche des Etats-Unis, semble vouloir reprendre des relations normales avec Bashar al Assad. Les Émirats (EAU), sont rétabli leurs relations diplomatiques avec Damas, et l'Arabie serait sur le point de le faire. Par ailleurs la réintégration de la Syrie dans la Ligue arabe semble en bonne voie  avec l'accord de l'Arabie. Mohammed Bin Salmane, qui finalement a réussi à se maintenir au pouvoir à Rihad, a fait savoir que les adversaires des USA peuvent devenir ses amis

DEBKAFiles , l'agence de presse semi-officielle d'Israël a résumé la situation le 28 décembre « L'une des meilleures semaines de Bachar Assad – et l'une des pires de Tayyip Erdogan - a culminé vendredi 28 décembre. La sortie américaine du Nord-Est de la Syrie annoncée par le président Donald Trump le 19 décembre a laissé un vide irrésistible, avant même que le premier soldat américain ait quitté le sol syrien. À la suite de cette annonce, les Émirats Arabes Unis ont annulé leur projet d'envoi de troupes dans le nord de la Syrie et ont rouvert leur ambassade à Damas pour la reprise de relations normales, après des années de soutien à la rébellion syrienne contre le régime d'Assad. Les sources auprès de DEBKAFiles auprès services de renseignements ont appris que l'Arabie saoudite ferait de même... »

Enfin, lors de la visite inopinée de Donald Trump en Irak, celui-ci avait annoncé devant quelques troupes sélectionnées que les effectifs retirées de Syrie seraient repositionnées en Irak d'où elles pourraient effectuer des raids en Syrie en tant que de besoin. Cette annonce a été mal reçue par les autorités irakiennes, confirmant leur volonté de s'émanciper du protectorat américain. Ainsi le Premier ministre irakien a refusé de rencontrer Trump lors de son séjour. En langage diplomatique cela signifie une véritable volonté de rupture.

Pour notre part, nous attendrons les prochains jours pour commenter en profondeur la situation, car l'actualité évolue rapidement .


 

29/12/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire