Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Bruxelles en déroute, Washington paralysé. Mais ensuite ?

L'Union Européenne (Bruxelles) semble désormais sur le point de s'effondrer. Elle ne s'effondrera pas au plan juridique, les institutions ont la vie dure. Mais elle perdra toute signification politique. Aux Etats-Unis, Donald Trump, d'un côté, les deux grands partis, Républicain et Démocrate de l'autre, sont engagés dans un conflit de tous les instants qui paralyse le pays.

L'Union Européenne est en butte aux guérillas incessantes que lui mènent les gouvernements souverainistes, en Italie et en Hongrie notamment. Il en résulte que dans ces Etats, des minorités de plus en plus importantes demanderont une sortie de l'Union, sur le modèle attentivement suivi du Brexit britannique Même si ce dernier est en proie à des oppositions internes de plus en plus bruyantes, il est désormais irrévocable. Il ne faudra pas attendre longtemps avant que les souverainistes ne l'imposent, dans les pays où ils exercent le pouvoir.

L'Union Européenne n'était plus jusqu'ici défendue que par la France et l'Allemagne. Angela Merkel et bien plus encore Dominique Macron avaient même proposé de renforcer l'eurozone, noyau actif de l'Union, par un budget commun, un ministre des finances européen et des politiques étrangères et de défense mieux coordonnées. Or aujourd'hui Angela Merkel a pu sauver un temps son poste de chancelière, mais elle est en butte, au sein même de son parti, à des offensives sur le mode "Allemagne d'abord" de plus en plus agressives. Quant à Emmanuel Macron, il a bien d'autres soucis actuellement que le renforcement de l'Union. Face à des opposants motivés et pourvus de solides arguments dont beaucoup demandent sa démission, c'est sa légitimité même qu'il doit défendre.

Aux Etats-Unis, c'est également sa survie, au moins politique, que Donald Trump doit défendre. Sa décision de retirer l'armée de Syrie, bien qu'elle soit à nos yeux une bonne décision, a provoqué une véritable tempête de protestations et de rejets. Ceci au prétexte qu'elle livrait la Syrie et plus généralement le Moyen Orient, à la Russie et à la Syrie. Elle a provoqué la démission du secrétaire à la défense et général James Mattis, devenu un héros national, alors qu'il était connu jusqu'ici sous le surnom de Mad Dog Mattis, compte tenu de sa brutalité en tant que militaire. Il existe désormais une majorité de parlementaires, ainsi qu'un nombre important de généraux, qui a décidé de n'appliquer aucune de ses futures décisions.

Comme cependant, constitutionnellement, ils ne peuvent rien contre lui, et comme Trump prétend encore, en tant que Président, prendre des décisions dans des domaines stratégiques, c'est l'Etat fédéral tout entier qui s'achemine vers la paralysie.

La Russie et la Chine

Pendant ce temps, la Russie et la Chine poursuivent leur volonté de prendre en mains une partie de l'avenir du monde. Ces deux grandes puissances le font calmement, mais d'une façon qui semble irrésistible, ceci d'autant plus que les deux autres grandes puissances, Etats-Unis et Union Européenne, semblent comme indiqué ci-dessus, être devenues incapables de s'y opposer.

Le monde ne devrait pas s'en plus mal porter. Cependant vu la frénésie anti-russe, et accessoirement anti-chinoise, qui anime les Américains et la plupart des Européens, l'effacement au moins momentané de l'Amérique et de l'Union européenne, suscitera des réactions violentes qui ne s'embarrasseront pas de considérations juridiques.

Comme ces réactions proviendront essentiellement du tout puissant complexe militaro-industriel américain, ce dernier, appuyé notamment au sein de l'Otan, par son homologue européen, ne s'arrêtera pas à l'actuelle paralysie politique de Washington et de Bruxelles. Autrement dit, les projets d'offensive militaire contre Moscou et Pékin, qui semble-t-il ont été plusieurs fois précisés et rendus de plus en plus destructeurs, deviendront des réalités de terrain.

De telles offensives entraîneront inévitablement des ripostes russes en Europe et chinoises dans le Pacifique. Le Pentagone se dit résolu à n'utiliser dans de tels affrontements que des armements nucléaires de faible puissance. Mais il ne faut pas être un expert en questions militaires pour deviner que le premier emploi d'une arme nucléaire, fut-elle de faible puissance, entraînera des destructions et des morts d'une telle ampleur qu'il sera difficile d'empêcher la montée vers une 3e guerre mondiale, cette fois-ci nucléaire. Celle-ci entraînera inévitablement la destruction de toutes les civilisations actuelles, sinon la destruction de toute vie biologique à la surface de la Terre.

On pourra lire sur ce sujet :

 https://www.project-syndicate.org/commentary/franco-german-bust-up-weak-macron-merkel-by-mark-leonard-2018-12

https://www.wsws.org/en/articles/2018/12/24/pers-d24.html

 

 

25/12/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire