Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Clotilde Reiss

Dans le cas du procès ignoble fait par le gouvernement iranien à la jeune française Clotilde Reiss et à sa collègue de l'ambassade de France la franco-iranienne Nazak Afshar, on ne peut que déplorer la discrétion des « autorités françaises ». Certes, en ces matières, des interventions discrètes peuvent être plus efficaces que des coups de gueule. Mais il est des cas où le silence déshonore un Etat.

Les protestations tardives de Bernard Kouchner, dans un simple entretien à la chaîne LCI, comme les demandes de libération envoyées par la voie diplomatique, ne pourrons faire  oublier le silence de Nicolas Sarkozy.

On aurait attendu que celui-ci, s'affichant jusque là si prompt à voler au secours des faibles et des opprimés, sorte de ses vacances au Cap Nègre et que, conjointement avec Carla Bruni dont on fait aussi tant de cas dans des causes semblables, il s'engage personnellement – son repos dut-il en être troublé.
Ce procès méritera  de toutes façons d'être stigmatisé, aux yeux de tous ceux qui ne réagissent pas devant la façon dont la loi islamique, dans quelque pays que ce soit, traite les femmes.
10/08/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire