Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

AMLO à la présidence du Mexique, mais pour combien de temps ?

Le nouveau président-élu du Mexique, Andrés Manuel Lopez Obrador, dit AMLO, prend officiellement ses fonctions à la fin de novembre 2018

Succédant à une série de gouvernements émanant du Parti Révolutionnaire Institutionnel qui comme son nom ne l'indique pas, est totalement conservateur et qui plus est largement téléguidé par Washington, il se présente comme socialiste, voulant imposer non pas un régime socialiste au sens propre du terme, mais une série de réformes pouvant être dites de gauche. De plus, il a promis de lutter contre l'omni-présence des gangs de narco-trafiquants, qui font encore quasiment la loi au Mexique. Certains pourtant le soupçonne d'avoir accepté l'argent de ces gangs pour mener sa campagne et conquérir les votes des banlieues pauvres des grandes villes.

Les réformes qu'il a l'intention d'effectuer pourraient effectivement modifier légèrement l'orientation politique du Mexique, en faveur d'un équilibre où la gauche ne serait pas systématiquement réduite au silence. La liste en est longue. Nous ne les évoquerons pas ici car elles concernent des éléments de la vie politique et économique du Mexique qui sont difficilement transposables ailleurs.

Il faut noter par contre qu'elles ont suscité et continuent de susciter une opposition de plus en plus agressive du PRI et des aristocraties économiques qui conservent l'essentiel des leviers de commande. Par ailleurs les manœuvres américaines ayant visé à empêcher l'accès au pouvoir d'un président de gauche ne diminueront pas. Ainsi la CIA ne se cache pas de verser des montants considérables de dollars pour encourager l'opposition politique de ces aristocraties économiques et financières mexicaines à AMLO.

Aujourd'hui, la volonté américaine visant à décourager l'immigration latino-américaine qui pour le moment s'accumule derrière la frontière avec les Etats-Unis pourra conduire à des interventions directes de l'armée américaine en territoire mexicain. AMLO ne pourra pas les en empêcher. Le prestige qu'il a auprès de son électorat en tant que président réformateur voulant échapper à la domination des multinationales américaines en sera fortement diminué.

D'ores et déjà, on lit dans les médias mexicains une série d'accusation visant à montrer que la politique d'AMLO mènera le Mexique au suicide. Ce sont bien évidemment les milieux du grand capital mexicain largement sous le contrôle des intérêts américains qui financent ces campagnes. Elles sont largement relayés par les médias internationaux.

On en trouve un exemple dans l'article cité ci-dessous émanant d'un certain économiste Manuel Suárez-Mier , ancien cadre au sein du précédent gouvernement et de la banque centrale et très proche des Etats-Unis où il a fait ses études.

De telles campagnes ne resteront pas sans effet. D'ores et déjà, selon cet article, l'arrivée de AMLO à la présidence aurait provoqué des pertes de 100 milliards de dollars à la bourse de Mexico. Pour paralyser un président jugé hostile, il n'y a pas plus efficace que l'arme financière.

Référence

http://www.atimes.com/article/new-president-plots-a-course-of-economic-suicide/?utm

Chapeau de l'article

New president plots a course of economic suicide. The rash and costly proclamations of President-elect Andrés Manuel López Obrador have already knocked $100 billion off the local stock exchange; the country is on a path to political, economic and social Armageddon
 

29/11/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire