Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

L'Europe chienne couchée de l'Amérique

Faut-il des évènements comme la déclaration du nouveau secrétaire général de l'Otan, le Danois Anders Fogh Rasmussen, en faveur d'un engagement fort de l'Alliance en Afghanistan, pour nous faire mesurer à quel point l'Union Europe est restée la chienne couchée dont l'Amérique se sert pour défendre ses intérêts impérialistes ?

Que l'ancien premier ministre danois, resté 7 ans en fonction, ait été choisi comme secrétaire général de l'Otan, montre bien que son allégeance à l'Amérique n'a gêné personne en Europe. Aussi bien l'affirmation qu'il vient de faire selon tout bon sens que l'Otan doit rester en Afghanistan quoiqu'il arrive n'a pas apparemment suscité de réserves dans les chancelleries européennes. Au moment où 9 soldats de l'Otan viennent d'être tués en 2 jours dans des engagements inutiles, au moment où les opinions, y compris en Grande Bretagne, s'interrogent sur la  validité de cette guerre, le soutien qu'apporte le nouveau  Va-t-en guerre européen  à Barack Obama sera précieux à ce dernier. Celui-ci, devant l'échec attendu de la plupart de ses autres stratégies, se cramponne à l'engagement en Afghanistan pour se faire reconnaître comme le grand homme d'Etat dont le monde a besoin.

Selon Rasmussen, « L'Otan ne se prépare pas à partir. Nous resterons en soutien aussi longtemps que cela sera nécessaire. Mais pour stabiliser l'Afghanistan, l'effort doit être international, militaire et civil, avec une plus grande part de l'effort faite par les Afghans eux-mêmes ». Autrement dit, il sollicite une plus grande participation des armées européennes. Cela fera plaisir à notre grand stratège Bernard Kouchner qui plaide la même cause en ce qui concerne la France. Espérons pour eux que le résultat des « élections » du 20 août ne démentira pas tous ces grands visionnaires.

Mais Anders Fogh Rasmussen ne compte pas se limiter à sévir sur le front Afghan. Manifestement, il veut aussi relayer les efforts tenaces du Pentagone et plus récemment de Joe Biden pour contribuer à détériorer les relations de l' Europe avec la Russie.

"La Russie doit remplir intégralement ses obligations internationales, y compris en respectant l'intégrité territoriale et la liberté politique de ses voisins", a-t-il averti. Selon lui, la guerre entre la Russie et la Géorgie d'août 2008 a eu un « impact très négatif sur la relation entre la Russie et l'Otan » . Faut-il s'en étonner, puisque cette guerre, voulue très largement par l'Amérique, avait précisément cet objectif.  "Mais ces différences entre nous ne doivent pas cacher le fait que « l'Otan n'est pas un ennemi de la Russie ». 

Voilà une bonne nouvelle, dont se réjouiront tous ceux qui se croyaient revenus, du fait de l'Amérique et notamment du « Crazy Biden », comparé par certains à Dick Cheyney, au temps de la guerre froide.
03/08/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire