Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Nouvelle Calédonie. Echec aux pirates de la ZEE

Qu'ils soient ou non politiquement favorables à l 'indépendance du « Caillou », tous ceux qui en France ont un peu de culture maritime se réjouiront de voir que grâce au vote du 3 novembre 2018 la ZEE ou Zone Economique Exclusive de la Nouvelle Calédonie restera dans la ZEE de la France et des Territoires français d'Outre-mer.

Une ZEE est, d'après le droit international de la mer, un espace maritime sur lequel un État ayant une frontière sur la mer exerce des droits souverains en matière d'exploration et d'usage des ressources. Elle s'étend jusqu'à 200 milles marin à partir des côtes.

Vaste de 1,4 million de kilomètres carrés, la Zone économique exclusive de la Nouvelle Calédonie, deux fois et demi la superficie de l'Hexagone, comporte de grands potentiels économiques: pêche, énergies marines renouvelables, réserves minière, micro-algues. Grâce à elle, la Nouvelle-Calédonie possède aussi "un des trois systèmes récifaux les plus vastes au monde" selon l'Unesco qui a inscrit ses lagons au patrimoine de l'humanité, ainsi qu'une faune et une flore de plus en plus menacées ailleurs dans le monde.

Les droits souverains de la France dans la ZEE, s'étendant à ceux de tous les Calédoniens, peuvent être opposés à tous ceux qui, Etats extérieurs ou pirates de toutes espèces, veulent venir y exercer des activité non autorisées dommageables. Ainsi, selon le site https://humansea.hypotheses.org/460 , on avait appris qu'un capitaine de nationalité chinoise du navire de pêche dénommé HU YU 911, naviguant sous pavillon chinois, détenteur d'une licence de pêche délivrée par le Vanuatu, a été contrôlé par la marine nationale française, alors qu'il se trouvait en action de pêche au large des côtes de la Nouvelle-Calédonie. Il pêchait de plus des requins, espèce dont la prise est interdite dans la zone. Il a été poursuivi et condamné par le tribunal correctionnel de Nouméa, pour avoir, alors qu'il battait pavillon étranger, pénétré dans la zone Economique Exclusive de la Nouvelle-Calédonie, sans en avoir informé les autorités compétentes, y avoir pêché des produits de la mer sans être titulaire d'une licence délivrée par le gouvernement de la Nouvelle-Calédonie et avoir pêché des espèces interdites, en l'occurrence des requins. Il a fait appel de cette décision, mais son appel a été rejeté.

Ce navire n'est qu'un exemple des centaines de ceux qui chaque année, particuliers ou Etats, exercent des activités destructrices dans l'ensemble de la ZEE française, à laquelle continuera à appartenir la Nouvelle Calédonie. Il s'agit de pêche, rejets de déchets, sondages à la recherche de pétrole ou métaux précieux. S'y ajoutent les activités relevant de la contrebande, de l'espionnage ou de la préparation à la guerre. Malheureusement la France ne dispose pas d'une marine suffisamment forte pour contrôler et rejeter tous ces pirates. Mais ses unités passent une grande partie de leur temps à la mer dans ces activités indispensables.

C'est le cas en Nouvelle Calédonie. La marine française basée à Nouméa se consacre, en dehors de son rôle en matière de sécurité, à rechercher et prévenir ces activités. Certains rares indépendantistes Kanaks avaient affirmé que ce rôle allait à l'encontre des intérêts et droits légitimes de la population. Mais c'était évidemment une erreur ou un mensonge. Un gang urbain qui pirate les bijouteries à Paris le fait-il dans l'intérêt des résidents voisins. Tout ce que ceux-ci risquent de gagner sont des balles perdues.

La ZEE de la Nouvelle Calédonie attire les convoitises des Etats voisins, Nouvelle Guinée, Iles de la mer de Corail, ainsi que de la Nouvelle Zélande et de l'Australie. Mais elle de plus en plus convoitée par la Chine et dans le cadre de leur « retour vers le Pacifique » par les Etats-Unis. Les uns et les autres n'avaient pas encouragé, c'est le moins que l'on puisse dire, certains indépendantistes Kanaks purs et durs. Le rejet de l'indépendance résultant du référendum de novembre ne sera pas, c'est le moins que l'on puisse dire encore, considéré par eux comme une bonne nouvelle.

Note au 08/11
Dans le même sens, lire
https://francais.rt.com/opinions/55185-nouvelle-caledonie-reste-francaise-cachez-votre-joie-monsieur-macron


 

04/11/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire