Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Middle East Eye prévoit la chute prochaine de MBS

Le site Middle East Eye 1) se présente comme un organe de presse indépendant. Fondé et basé à Londres, il dispose d'un large réseau de correspondants et couvre l'actualité d'une vingtaine de pays. Il est certainement proche de la presse dite occidentale, mais il s'efforce de jeter un regard indépendant sur la situation du monde, et pas seulement sur celle du Moyen Orient. On le dit proche du Qatar ?

Il est évidemment difficile de juger des influences s'exerçant sur lui. Il s'intéresse par définition aux questions intéressant l'Islam politique et les pays arabes en général. Mais il semble le faire sans prosélytisme religieux. Il convient donc d'être attentif aux articles qu'il publie. Or, récemment, il vient d'indiquer que la situation de Mohamed Bin Salman (MBS) a été considérablement fragilisée en Arabie même à la suite du meurtre du journaliste Jamal Khashoggi. MBS s'était déclaré non impliqué dans ce crime, mais peu lui font confiance. Ceci notamment dans l'entourage proche du roi Salman dont MBS s'était proclamé le prince héritier.

Ce serait notamment, selon Middle East Eye, qui vient de consacrer un long article à cette question 2) le prince Ahmad bin Abdulaziz, un jeune (70 ans) frère du roi Salman qui pousserait MBS au départ. Il vient de rentrer en Arabie après un long séjour à Londres. Il dispose de garanties de sécurité fournies par les Etats-Unis et le Royaume Uni. Selon une source saoudienne proche de lui, Ahmad bin Abdulaziz et d'autres princes membres de sa famille auraient considéré MBS comme « toxique » et qu'il devait partir.

Il paraît pas peu probable que MBS obéisse à ces injonctions. Nul ne sait par ailleurs si le roi Salman, dont l'état de fatigue est reconnu, désavoue le prince héritier sous l'influence duquel il demeure. Mais MBS pourra-t-il résister à la pression de sa famille, d'autant plus que les soutiens dont il disposait à Londres et à New York à la suite du meurtre de Jamal Khashoggi l'ont clairement désavoué. On notera par ailleurs que le Pentagone parait vouloir que cesse la guerre au Yemen dont MBS s'était fait le promoteur. 

Ceci dit, on peut se demander ce qui se passera si MBS était obligé de quitter le pouvoir. Les Etats-Unis et les gouvernements européens qui lui faisaient une cour éhontée, dans l'espoir d'accéder plus facilement grâce à lui aux richesses pétrolières saoudiennes, se trouveront-ils de nouveaux soutiens à la cour. C'est très probable. Mais ils risquent de se heurter de front à la Russie. Celle-ci avait découvert, elle-aussi, les grands mérites de MBS du fait que ce dernier s'était récemment rapproché de la diplomatie russe. Sans MBS, les diplomates et hommes d'affaire russes auront du mal à se faire une place en Arabie saoudite, qui restera pour diverses raisons sous l'influence occidentale.

Il sera intéressant en tous cas dans les jours prochains d'observer ce que pensera de la situation l'apparemment bien informé Middle East Eye.

Références

1)
 https://www.middleeasteye.net/

2)  https://www.middleeasteye.net/news/exclusive-saudi-dissident-prince-flies-home-tackle-mbs-succession-58983364

Voir aussi précédemment 

https://www.middleeasteye.net/news/saudi-economy-get-dogged-over-khashoggi-killing-analysts-say-1210814435

 

 

31/10/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire