Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La Chine prend tous les risques avec la construction de tours géantes.

En 2009, la tour de télévision du centre Culturel de Pékin avait pris feu, provoquant de nombreux morts parmi les personnes enfermées dans les étages. On peut craindre que la même catastrophe ne se produise un jour à Shanghai.

Cette ville s'est dotée d'une tour de 632 mètres surplombant de nombreuses autres tours de moindre hauteur dans le quartier d'affaires de la ville. Elle a été baptisé du nom de Shanghai Tower et comporte 133 étages de bureaux et de locaux commerciaux. Seul la tour dite Burj Khalifa à Dubai est plus élevée qu'elle. Elle a coûté, selon le chiffre officiel, 2,6 milliards de dollars.

Tout ceci serait parfait (sauf pourrait-on dire l'esthétique) si l'on n'avait pas progressivement appris que les architectes de la Tour n'avaient pu s'inspirer de normes de sécurité pour des édifices de cette taille, normes qui n'existaient pas. Etablir de telles normes, après de nombreuses simulations et essais réels, suppose de nombreux mois. Or il fallait faire vite.

Il fallait aussi s'assurer que les nombreux ascenseurs desservant la Tour ne se déplaçaient pas dans des couloirs verticaux susceptibles de constituer en cas d'incendie de redoutables espaces pour la propagation du feu. Ce qui n'a pas été fait, selon les déclarations de l'architecte en chef de la Tour lui-même, apparemment soucieux de dégager sa responsabilité.

Or contrairement aux usages, les normes d'évacuation de la Tour prescrivent en cas d'incendie d'évacuer celle-ci par les ascenseurs, ce qu'interdisent tous les règlements de sécurité en usage dans toutes les tours de par le monde. En cas d'incendie, il faudrait parar ailleurs 2 heures pour mettre à l'abri les résidents de la Tour, en nombre équivalent à ceux d'une petite ville.

Les spécialistes assurent qu'il aurait fallu prendre des précautions exceptionnelles pour mettre une telle tour à l'abri des risques d'incendie, tant dans le dessin de la Tour que dans les matériaux utilisés. Mais ceci aurait pu augmenter d'un tiers le coût de la construction, ce que les maîtres d'ouvrage ne voulaient pas accepter.

Il est légitime de se demander si le rythme exceptionnel de la croissance chinoise ne repose pas souvent sur un mépris analogue des normes de sécurité.

Source. Asia times

26/10/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire