Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Inauguration du Grand Télescope Canaries

Dans le domaine de l'observation astronomique, l'Europe s'est toujours montrée très performante, sans doute au premier rang des puissances scientifiques, ceci aussi bien par les observatoires à terre que satellisés. Elle vient de confirmer ce rang avec l'inauguration, le 23 juillet 2009, en Espagne, du GTC (Grand télescope Canaries) présenté comme le plus grand et le plus moderne télescope optique-infrarouge du monde.

Le GTC, installé sur l'île de la Palma, dans l'archipel des Canaries, restera l'instrument le plus puissant dans cette gamme d'ondes jusqu'à l'arrivée de la prochaine génération de télescopes, qui auront entre 30 et 40 mètres de diamètre. Il est constitué de 36 segments qui forment une superficie équivalente à un miroir circulaire de 10,4 mètres, pour une superficie de collecte de lumière de 81,9 m2.

Cette réalisation dépasse par la taille le Keck américain, installé à Hawaï, les quatre VLT européens installés au Chili, et les Gemini chiliens et hawaïens. L'objectif est de produire des images comparables à celles des télescopes spatiaux, mais de meilleure qualité, vue la taille supérieure du GTC. Cependant, contrairement aux télescopes orbitaux, le GTC sera nécessairement perturbé par l'atmosphère terrestre et les émissions diverses provenant de la Terre. 

Le promoteur du projet est l'Institut d'astrophysique des Canaries (IAC). Sa genèse remonte à la fin des années 1980. Le GTC a coûté 104 millions d'euros (somme très faible au regard des résultats attendus), dont 90% ont  été versés par l'Etat espagnol avec une forte contribution de fonds européens. Le reste est apporté par le Mexique et l'université de Floride aux Etats-Unis.

Le GTC disposera d'outils originaux : Osiris, qui permet d'observer des phénomènes visibles à l'oeil nu, comme les supernovas et  la CanariCam, caméra d'avant-garde en termes de technologie infrarouge qui permet d'observer les objets froids de l'espace, c'est à dire invisibles à l'oeil nu, comme les étoiles en formation ou les galaxies les plus lointaines. D'ici la fin 2010 sera aussi mis en route Emir, un outil novateur combinant les capacités d'Osiris et de CanariCam. En 2010 également débutera Frida, un outil mexicain permettant de neutraliser les perturbations de vision causées par les turbulences atmosphériques. Il est prévu d'installer sur le GTC un nouvel outil tous les 3 ou 4 ans.
24/07/2009
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire