Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Les Etats-Unis gagneront-ils finalement leur guerre en Syrie ?

Ils sont déjà en voie de le faire. Ils viennent de laisser entendre qu'ils lanceront une attaque militaire contre l'armée syrienne si celle-ci ne renonce pas à libérer la province d'Idlib occupée depuis l'origine par des « rebelles » syriens, qu'il vaudrait mieux nommer des terroristes, comme le fait Bashar al Assad

NB. Le présent article, exprimant l'opinion de son signataire, ne recueille pas nécessairement  l'accord de tous les membres du Comité de rédaction. Nous publierons des points de vue divergents, s'ils nous sont adressés

Ces rebelles sont financés et armés depuis les origines de la guerre par les Etats-Unis, qui s'appuient sur eux pour maintenir une influence américaine au Moyen Orient qui avait beaucoup décliné.

Quelques jours auparavant, Washington avait déclaré qu'il attaquerait Damas au faux prétexte d'un nouvel attentat au gaz que les services américains auraient eux-mêmes monté. De ce fait l'armée syrienne avait considérablement ralenti sa progression vers Idlib et a finalement renoncé à ce que l'on avait nommé la bataille d'Idlib. Ceci d'autant plus que son allié russe avait clairement manifesté qu'il ne voulait aucune occasion de confrontation avec l'armée américaine ou ses « proxies ».

Aujourd'hui, comme vient de l'annoncer le 19 septembre, l'envoyé spécial pour la Syrie James Jeffrey, les Etats-Unis n'accepteront aucune offensive syro-russe contre Iblid au prétexte des « risques humanitaires » qui en résulteraient. Les Syriens et leur allié russe ont comme on l'a vu renoncé à toute offensive pour libérer la province d'Idlib. Ce renoncement sera très probablement définitif.

Mais pourquoi les Syriens et les Russes, qui disposent pour le moment d'une supériorité militaire incontestable sur les contingents américains et leurs bases présents dans la zone, renoncent-ils à y avoir recours ? Parce qu'ils sont persuadés, à la suite des déclarations précédentes du Pentagone, que celui-ci n'hésitera pas à compenser son infériorité militaire par l'usage en tant que de besoin d'armements nucléaires tactiques. L'emploi de telles armes pourraient entraîner une guerre nucléaire de grande ampleur entre l'Amérique et la Russie.

Vladimir Poutine a clairement signifié qu'il ne voulait pas courir ce risque, ce qui l'a fait accuser de faiblesse, y compris en Russie même. Il aurait pu déclarer qu'il riposterait à l'emploi de telles armes par l'armée américaine par un recours au nucléaire. Ceci aurait peut-être fait réfléchir les généraux américains qui font la loi à la Maison Blanche.

Cependant la prudence tout à fait louable de la Russie permet à l'Amérique de poursuivre en toute impunité ses offensives en Syrie. Elle fait d'ailleurs de même dans d'autres terrains de confrontation, en Ukraine comme contre la Chine dans la Pacifique Sud.

Les Etats-Unis gagneront-ils  la guerre en Syrie comme dans ces autres terrains en se permettant de faire planer la menace d'une guerre nucléaire que la Russie, notamment, se refuse encore à utiliser en retour?  Si oui, ce seraient les plus « reckless » (volontairement imprudents), selon le terme anglais, qui finiraient pas s'imposer au reste du monde.

NB. On fait valoir aujourd'hui que les Etats-Unis ont presque perdu leur guerre en Syrie. C'est sans doute exact. Mais notre article repose sur l'hypothèse qu'ils n'accepteraient pas leur défaite et feraient une escalade vers le nucléaire dit tactique 
https://nationalinterest.org/blog/middle-east-watch/syria-lost-cause-and-america-must-move-31692?page=0%2C1

23/09/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire