Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Les missiles hypersoniques bientôt en service

Ces missiles dits aéro-balistiques peuvent atteindre des vitesses jusqu'à 10 fois supérieures à la vitesse du son. Ils sont conçus pour atteindre une cible distante de quelques milliers de kilomètres en quelques minutes tout en évitant les barrages anti-missiles actuels voire futurs.

A ces vitesses, le frottement avec l'air les échaufferait si vite qu'ils se consumeraient en quelques minutes. Pour éviter cela, ils utilisent la méthode de propulsion dite Waverider qui consiste à utiliser pour se soutenir les ondes qu'ils génèrent. https://en.wikipedia.org/wiki/Waverider En 2018, la Russie, la Chine et les Etats-Unis ont annoncer pouvoir les rendre opérationnels d'ici à 2025.

En mars 2018, Vladimir Poutine a fait savoir lui-même que les tests du missile russe Kinzhal ont été un succès. Ce missile qui peut être équipé d'une ogive nucléaire se déplace à mach 10, soit 12.348 km/h. Lancé par un MiG-31, le Kinzhal se manœuvre à distance pour atteindre sa cible avec une portée de 2000 km. A terme, il devrait pouvoir s'autopiloter grâce à un logiciel sophistiqué de navigation. https://en.wikipedia.org/wiki/Kh-47M2_Kinzhal

En début d'année 2018,  la Chine a annoncé qu'elle avait commencé les essais de son missile dénommé en Occident CH-AS-X-13. https://fr.wikipedia.org/wiki/CH-AS-X-13  Il n'atteint que Mach 6, soit 7344 km/h, mais affiche une portée de 3000 km. Le missile sera lancé à partir d'un bombardier. Le gouvernement chinois ne dit pas quand cet engin sera opérationnel, mais selon le renseignement américain, il pourrait être déployé en 2025.

Les États-Unis se sont, assez curieusement, laissés prendre de cours. Ils travaillaient  sur ces engins depuis de nombreuses années, sans résultats à hauteur de ceux des Russes. Pourtant, ils ne pouvaient rien ignorer des projets de ces derniers. En 2004, le programme X-51 avait été lancé conjointement avec l'US Air Force, la Darpa, la Nasa et Boeing. Les derniers essais ont été menés en 2013. L'engin a parcouru 430 km à Mach 5, ce qui n'est pas suffisant aujourd'hui.

En août, l'US Air Force a révélé un nouveau programme confié cette fois à Lockheed Martin. Celui-ci devra mettre au point un missile de type HCSW (Hypersonic Conventional Strike Weapon) d'ici à 2021. Coût du contrat : un demi-milliard de dollars. Faute d'essais à ce jour, rien n'assure qu'il répondra aux objectifs recherchés https://www.popularmechanics.com/military/weapons/a21239436/us-air-force-hypersonic-strike-weapon/

Il faut espérer que Lockheed Martin aura de meilleurs résultats en ce domaine qu'avec son programme JFS Joint Strike Fighter qui en 15 ans lui a rapporté 1500 milliards de dollars sans aboutir à un appareil véritablement opérationnel. On comprendra en comparant ces chiffres pourquoi le complexe militaro-industriel américain n'avait pas jusqu'à présent apporté d'attention à la réalisation d'un missile hypersonique, d'un coût d'environ, comme indiqué ci-dessus, 500 millions de dollars.

Quant à la France l'étroitesse de son budget militaire ne lui permettrait pas sans sacrifices considérables de consacrer 500 millions à un programme de missile hypersonique. D'ailleurs, contre qui s'en servirait-elle, les Américains ou les Russes ? Des missiles balistiques stratégiques tels que les M45 et M51 lui suffiront largement.

 

 

09/09/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire