Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Qui connaît en France le Kazakhstan ?

Fort peu de monde, peut-on craindre. C'est pourtant le 2e fournisseur de pétrole brut de la France. Mais y a plus. Le pays affirme sa volonté d'y réussir une diversification économique et une transition énergétique exemplaire, dans lequel la France pourrait être un partenaire important.

Voir https://fr.wikipedia.org/wiki/Kazakhstan

Une visite présidentielle d'Emmanuel Macron est prévue d'ici fin 2018 à Astana, la capitale, en réponse à une invitation du président Noursultan Nazarbaïev, les échanges entre ces 2 pays se développant. La France pourrait intéresser le Kazakhstan fait de sa volonté de développer des technologies énergétiques renouvelables, autrement dit vertes.

Situé sur l'ancienne Route la soie, le Kazakhstan, vaste comme 6 fois la France, unit l'Asie, notamment la Chine à l'Europe à travers le Caucase. Alors qu'il n'est pas membre de l'OPEP, il peut devenir le 3e producteur mondial de pétrole grâce à l'exploitation des gisements de Kashagan et de Tengiz. Il est également doté de ressources gazières et de vastes ressources minières : uranium, charbon, titane et or. Dans le cadre de sa stratégie « Kazakhstan 2050 » il espère devenir l'une des 30 nations les plus développées du monde, en s'appuyant notamment sur les énergies renouvelables.

Présente au Kazakhstan, la France y est le 3e investisseur direct étranger , selon la CNUCED (conférence des nations unies pour le commerce et le développement). Le volume des investissements directs étrangers français au Kazakhstan s'élevaient à 12,8 milliards de dollars. Curieusement, les Pays-Bas y sont les 1er avec 61 milliards, suivis par les Etats-Unis avec 23 milliards. Le 28 mai 2018, le premier forum d'investissements Franco-Kazakh s'est ouvert à Paris pour le 10e anniversaire du partenariat Franco-Kazakh.

France et Kazakhstan pourraient, selon les spécialistes, s'unir dans l'édification d'un réseau mondial d'énergies vertes ( smart grid). La plus grande centrale solaire jamais construite en Asie centrale d'une capacité de 100 MW est en cours de mise en place dans la région d'Akmola au nord du pays. La France a investi dans la filière solaire kazakhe, au travers notamment du partenariat entre Areva et KazakToProm (opérateur nucléaire Kazakh).  La compagnie française EMC Technologie associée à un partenaire chinois s'apprête à construire une centrale solaire de 12 MW dans la région de Mangystau dans le sud-ouest du Kazakhstan.

Si la France et d'autres nations européennes ne s'intéressaient pas suffisamment au Kazakhstan, celui-ci deviendra un partenaire privilégié de la Chine dans le cadre notamment des projets BRI ( nouvelles routes de la soie). La Chine y est à l'origine d'un plan beaucoup plus conventionnel de développement d'infrastructures lourdes, en particulier pour le transport et la logistique. Non sans raisons, les autorités d'Astana ne voudraient pas qu'à cette occasion la Chine n'empiète sur la souveraineté politique et économique de l'Etat.

 

 

06/09/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire