Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Nouvelles relations entre la Chine et l'Afrique

Le président chinois Xi Jinping et une dizaine de chefs d'Etats africains se sont rencontrés les 3 et 4 septembre à un 7e Forum organisé par la Chine , le Forum China-Africa Cooperation (FOCAC).

Celui-ci s'est tenu à Pékin. Le Forum a permis à Xi d'expliquer à ses homologues africains l'intérêt de l'initiative Belt and Road à l'occasion de laquelle devraient être construites de nombreuses infrastructure de communication permettant de relier à la Chine et entre eux un certain nombre d'Etats africains.

Comme ces Etats sont incapables de financer eux-mêmes ces travaux, la Chine a promis de leur prêter dans un premier temps 60 milliards de dollars dont 20 milliards de dons non remboursables. Les Africains devront rembourser les prêts, à plus ou moins long terme.

Mais l'objet du Forum était beaucoup plus ambitieux. Il a permis à Xi d'expliquer à ses interlocuteurs la vision qu'il a d'une communauté Chine Afrique « partageant un avenir commun » Il a présenté de nombreux projets de coopération sino-africaine.

Il a enfin indiqué que les entreprises chinoises seront encouragées à investir "au moins 10 milliards de dollars" en Afrique au cours des trois prochaines années.

Cela n'a pas été dit explicitement, mais cette coopération devrait permettre à la Chine un accès potentiel plus facile aux marchés de consommation africains et surtout aux ressources nombreuses et encore mal exploitées dont dispose le continent .

Curieusement les représentants africains présents n'ont pas manifesté d'inquiétude à l'égard des dettes considérables qu'ils devront rembourser à la Chine. Récemment la Malaisie, mieux avertie, vient d'annuler un contrat avec la Chine en matière ferroviaire qui l'aurait endettée de 20 milliards de dollars à l'égard de Pékin.

Néo-colonialisme chinois ?

L'Afrique, qui compte actuellement environ 10 milliards d'habitants, devrait en compter 20 milliards à la fin du siècle, compte tenu d'une natalité incontrôlée. Par ailleurs, ses grandes villes sont devenues, à l'exception de leurs quartiers occidentalisés, des océans d'habitations précaires et de déchets qui ne cessent de gagner sur la brousse. Quant aux ressources, les principales, notamment le pétrole, ont déjà été exploitées par des entreprises occidentales, notamment américaines. D'autres demeurent inexploitées, bien entendu, mais ceci se fera à des coûts importants.

On ajoutera que l'Afrique, dont les populations sont en majorité musulmanes, devient un enjeu considérable pour l'islam de combat. En passe d'être repoussé du Moyen Orient, il se reportera inévitablement sur les pays musulmans. L'Afrique du Nord cherche actuellement à s'en protéger, mais qu'en sera-t-il des autres États. D'ores et déjà, à travers les flux migratoires vers l'Europe, commencent à s'infiltrer des djihadistes. A terme, l'Afrique risque d'en devenir un réservoir inépuisable.

Tout ceci n'empêche que le continent continue à attirer les convoitises occidentales. La France y demeure présente, mais surtout les Etats-Unis. En dehors de l'accès aux matières premières, ceux-ci y voient un enjeu militaire. Depuis plusieurs années, ils ont mis en place un US African Command sous la responsabilité duquel sont placés divers moyens militaires. C'est en premier lieu la corne de l'Afrique qu'ils s'efforcent de contrôler, vu sa position stratégique. Mais ils sont de plus en plus présents en Afrique centrale.

On connaît par ailleurs les luttes d'influence qui se produisent en Afrique du sud, entre intérêts anglo-américains et intérêts nationaux. A cet égard, l'Afrique du Sud est exemplaire des conflits qui s'y produisent entre européens et américains pour garder un certain contrôle sur ce pays relativement riche.

La Chine, en passe de devenir la première puissance économique mondiale, ne pouvait pas ignorer les avantages que lui apporteront de nouvelles relations avec une partie de l'Afrique. Mais pour le moment, ayant ses propres problèmes à affronter, notamment en matière de contrôle de la natalité et de lutte contre les effets du réchauffement climatiques, elle ne pourra se permettre de faire de cadeaux aux Africains. Ceux-ci devront un jour ou l'autre en payer le prix. S'agira-t-il d'un néocolonialisme. Le terme vient d'être rejeté par Cyril Ramaphosa, actuel président de l'Afrique du sud.

Mais si un néo-colonialisme chinois se produisait, on peut penser cependant qu'il serait préférable pour les Européens à la colonisation américaine de l'Afrique, comme à son basculement dans le djihadisme musulman.

La Russie

Ceci dit, il ne faut pas exclure aussi une importante présence russe en Afrique. L'article ci-après décrit ce qu'il nomme un retour spectaculaire de la Russie en Afrique. Ceci se fera-t-il en bonne entente avec la Chine ou en concurrence ? Si concurrence il y avait, elle ne se ferait pas au détriment de l'alliance russo-chinoise dans le Brics. Certains gouvernements africains ont déjà envoyé des représentants lors des réunions de cette structure, où ils seront évidemment les bienvenus. Dans tous les cas, le retour russe signifiera un nouveau recul de la présence américaine. Avec la France, des accords pourraient sans doute être négociés.
https://www.iveris.eu/list/notes_danalyse/363-la_russie_opere_un_retour_spectaculaire_en_afrique_subsaharienne

Notes

* Sur ce sujet, on lira un article, évidemment très favorable, de Pepe Escobar http://www.atimes.com/article/its-africas-choice-africom-or-the-new-silk-roads/

* Voir aussi un article plus circonspect  http://www.atimes.com/article/chinese-netizens-fume-over-xis-us60-billion-africa-handout/

* Personne n'évalue les massives offensives contre la biodiversité et l'environnement qui découleront de futurs projets chinois en Afrique. Cet article estime les conséquences qu'aura en ce sens la Belt and Road Initiative dans tous les pays traversés https://www.newscientist.com/article/mg23931932-600-biodiversity-in-crisis-earths-giant-construction-projects-mapped-out/

 

 

04/09/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire