Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Meurtre du dirigeant  de la RPD

Alexandre Zakhartchenko, dirigeant (autrement dit président sans le titre) de la République populaire autoproclamée de Donetsk (RPD), a trouvé la mort dans l'explosion qui s'est produite le 31 août dans un restaurant de Donetsk, à quelques centaines de mètres de sa résidence. Le ministre des Finances de la RPD, Alexandre Timofeïev, a été blessé.

Les autorités locales ont confirmé la mort d'Alexandre Zakhartchenko, tandis que son conseiller, Alexandre Kazakov, a déclaré que les autorités de la RPD considéraient l'explosion comme un attentat.

Nommé Premier ministre de la RPD en août 2014, Alexandre Zakhartchenko a été élu à la tête de la république autoproclamée en novembre 2014 avec 75,5% des voix. Il était marié et avait quatre enfants.

Les autorités de la RPD ont constaté qu'après l'assassinat d'Alexandre Zakhartchenko, les troupes ukrainiennes avaient été mises en état d'alerte, selon Édouard Bassourine, chef adjoint du commandement opérationnel de la RPD.

«Nous estimons que cet objectif était visé tant par les services secrets  de l'Ukraine que par ceux des États-Unis», a-t-il ajouté. Il a précisé que la RPD dispose de moyens militaires suffisants pour repousser une éventuelle agression de l'Ukraine.

Une guerre latente opposant la république d'Ukraine et les deux républiques auto-proclamées de Donetz et de Loughansk n'a jamais cessé. La Russie a souvent proclamé son appui politique à ces deux républiques russophones. Mais récemment encore, Vladimir Poutine s'est refusé à toute intervention militaire en soutien.

L'on estime au contraire que les Etats-Unis, refusant les accords de Minsk, s'efforcent en soutenant les volontés d'agression de l'Ukraine à l'égard de la Russie de pousser, selon l'expression utilisée, Vladimir Poutine à la « faute » que serait dans l'opinion internationale un soutien militaire aux deux Républiques, même si l'Ukraine entreprenait contre elles une action armée. 

Il est évident que le meurtre d' Alexandre Zakhartchenko est aujourd'hui le signe que Kiev et Washington n'ont pas renoncé à mettre la Russie en difficulté,  au risque qu'une confrontation militaire américano-russe dans cette partie du monde n'en résulte. Washington a abondamment pourvu les Ukrainiens en armes puissantes. Ce n'est pas sans raison.

Washington cherche d'autant plus à mettre en ce moment la Russie en difficulté que celle-ci prépare, avec la Chine, les gigantesques manoeuvres militaires dite de Vostok 2018 qui se tiendront en Est-Sibérie, et dont nous reparlerons. 

Note au 03/09

Les Forces spéciales ukrainiennes seraient bien  derrière le meurtre d'Alexandre Zakhartchenko, selon son  conseiller, Alexandre Kazakov.

«J'espère que les commanditaires et les auteurs de ce crime seront punis comme ils le méritent», avait commenté la veille Vladimir Poutine. il avait en effet estimé que le meurtre d'Alexandre Zakharchenko prouvait que " ceux qui ont choisi la voie de la terreur, de la violence et de l'intimidation» ne voulaient pas chercher une solution politique pacifique au conflit , dans lequel cependant la présence de forces russes n'a jamais pu être prouvées".

31/08/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire