Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Fred Reed

L'effondrement de l'Amérique selon Fred Reed. Ne serait-ce pas aussi notre propre effondrement?

Fred Reed, peu connu en France, est un journaliste, auteur et traducteur. Il est âgé de 79 ans (voir image) Certains estimeront que l'article d'un noir pessimisme qu'il vient de publier et qui a reçu un certain écho aux Etats-Unis reflète la pensée d'un vieillard désormais exclu d'un monde intellectuel aux mains d'acteurs plus jeunes, emplis d'une foi en l'avenir plus crédible.

On peut juger au contraire que cet article constitue une critique parfaitement réaliste des Etats-Unis, critique qui pourrait dans l'ensemble être faite à l'ensemble de la société occidentale. Le lecteur jugera si cette critique pourrait aussi être portée à l'égard des sociétés russe et chinoise qui s'affirment résolues désormais à prendre le pas sur la société américano occidentale.

Nous commenteront rapidement ici, en le simplifiant fortement, le jugement de Fred Reed sur la civilisation américaine moderne. Il aborde plusieurs  points principaux. Nos éventuels commentaires sont en italique.

 Ajoutons seulement que Fred Reed n'analyse aucunement le combat de ce que l'on appelle désormais l'Empire américain  pour dominer le monde

L'article

L'Amérique (cad les Etats-Unis) n'est plus une nation. C'est un ensemble d'intérêts contradictoires se disputant le pouvoir: grandes entreprises, races, croyances, idéologies, agents étrangers, entre lesquels aucune conciliation n'est possible.

Les relations entre races (le terme n'est pas proscrit aux Etats-Unis) sont un désastre. Les Noirs, soit 14% des citoyens, ne s'assimilent pas et ne veulent pas l'être. Le voudraient-ils que cela leur serait refusé par les Blancs. Ils se concentrent volontairement dans des quartiers spécifiques des grandes villes. Les écoles qui s'y trouvent produisent des élèves quasiment illettrés qui dans les 50 prochaines années ne seront pas capables de s'adapter aux sociétés de Blancs et d'Islamiques. (Ce n'est pas encore tout à fait le cas en France, grâce aux efforts de l'Education Nationale républicaine, ou de ce qu'il en reste).

Les Hispaniques soit 17% de la population, pourraient plus facilement s'assimiler. Mais ils ne le font plus, devant l'hostilité des Blancs). Les somaliens, nord-africains, juifs, asiatiques et divers catégories de musulmans, constituant avec les hispaniques un tiers de la population, poursuivent leurs propres intérêts et n'entendent pas en changer.

L'Amérique n'a donc plus en conséquence une culture commune. Celle-ci dans les années 1950 s'inspirait des valeurs européennes et catholiques. Le Catholicisme était un ciment commun.  Peu importait le nombre précis des croyants, l'essentiel était que tous s'y référaient. Aujourd'hui, le catholicisme est, comme la marijuana, à peine toléré.  (En France, le concept de libre pensée doit  en principe permettre la coexistence des croyances. Mais n'est-il pas en train de devenir un mythe).

Le gouvernement a changé irrévocablement ? On ne parle plus de législatif, d'exécutif et de judiciaire. Seuls comptent dorénavant la Présidence, Wall Street, les grandes sociétés, l'AIPAC (dite aussi lobby juif ) et les médias. Leurs responsables passent indifféremment de l'un à l'autre. Les élections sont un jeu destiné à amuser l'opinion. Les leviers du gouvernement ne sent plus accessibles au plus grand nombre (cela n'a-t-il pas toujours été le fait aux Etats-Unis ?).

Les grandes entreprises purement américaines, comme l'était General Motors, dont les intérêts pouvaient être partagés par l'ensemble des Etats-Unis, sont dorénavant des entités internationales, guidées par la recherche de leur seul profit, trop puissantes pour pouvoir être régulées. (Au plan mondial, elles représentent cependant  des intérêts essentiellement américains, qui visent à gouverner l'ensemble du monde).

Le socialisme est en principe un système économique où les moyens de production sont dirigés par le gouvernement. L'Amérique est un système où ces moyens économiques dirigent tout et peuvent  tout acheter, notamment les parlementaires et les gouvernements. (N'en est-il pas un peu de même, sinon en Russie, d'où moins en Chine, qui s'affirme socialiste ?).

Les sciences et les technologies, qui édifient le monde de demain, resteront inévitablement aux mains des Blancs. Verrait-on un Noir sur la Lune ? Mais le nombre et les pouvoirs de ceux-ci reculent inexorablement, simplement pour des raisons démographiques, leur faible natalité  (Les sciences et techniques russo-chinoises prendront-elles le relais ?).

Le pays s'écroule politiquement. La Constitution ne joue plus aucun rôle, le Congrès (parlement) a abdiqué, sauf concernant ce qu'exige de lui la corruption. Trump est en train de devenir un véritable dictateur. On devrait dire que l'Amérique est devenue une oligarchie au service de l'industrie militaire et des Israéliens. Sa politique internationale n'a fait que générer des crises, des guerres, l'envoi de troupes où personne ne le demande, comme récemment en Afrique, le tout au mépris des règles de protection de l'environnement mondial.

Les contrôles dits sociaux dictent leurs ordres partout. Le politiquement correct s'impose. Il devient un délit de critiquer les Noirs, les Juifs, les féministes ou les homosexuels.

Les médias sociaux ainsi que le gouvernement, censurent toute expression non-conforme. Les PDG de Google et Facebook, qui accessoirement sont juifs, contrôlent tout ce que le monde entier doit penser (il parait difficile de reprocher aux GAFAS de défendre uniquement les intérêts du lobby juif)

Chez es enfants, la drogue se répand, ainsi que la pornographie accessible dès le plus jeune âge sur Internet. 20% des Américains pensent que le soleil tourne autour de la terre. Vous ne pouvez plus rien dire à votre fille qu'elle juge racialement incorrect sans qu'elle vous dénonce auprès de son instituteur. Il en est de même au niveau universitaire. Shakespeare est raciste, Mozart élitiste, l'orthographe et la grammaire sont des moyens d'oppression.  

Le passé historique du pays est entièrement réécrit. Les statues des anciens héros nationaux sont abattues, heurs noms doivent être effacés des monuments. Les enfants deviendront des mécaniques rivés à leurs portables, jacassant sans savoir ni quoi ni qu'est-ce.

La corruption est partout, la spéculation dans les paradis fiscaux est devenue la règle. Les industries pharmaceutiques (Big Pharma) s'achètent les hôpitaux à travers des parlementaires qui se sont vendus à leurs services. L'industrie militaire vend par l'intermédiaire d'un Parlement à sa solde des armes de plus en plus coûteuses et inutiles. Tout ceci est légal et ne pourra jamais être changé.

L'Amérique devient un pays du Tiers-monde, dirigé par 1%% d'ultra-riches et dont les classes moyennes déclinent. Les politiques publiques  de santé et de retraite s'évanouissent. La police devient de plu en plus brutale et incontrôlable, l'impunité s'accroit. La surveillance à travers Internet devient la règle, dans les mains de censeurs anonymes. La NSA connaît tout de nos échanges. Bientôt les objets connectés deviendront des espions à son service. Les gangs de rue se multiplient, combattants les Blancs et défiant la police (En France, on parle aussi de « bandes de jeunes »).

L'effondrement se fera-t-il peu à peu ou brutalement ? Ceci, personne ne peut le dire.

Références

* http://www.unz.com/freed/decline-in-the-fall-or-late-summer-anyway/

* aussi https://fredoneverything.org/decline-in-the-fall-or-late-summer-anyway-by-fred-gibbon/

* https://en.wikipedia.org/wiki/Fred_A._Reed

Notes

1) Comme prévisible le scénariste afro-américian Spike Lee https://fr.wikipedia.org/wiki/Spike_Lee proclame sur les medias que l'Amérique restera fondamentalement un  pays raciste et "identitaire". Lui même il est vrai avait été accusé de racisme anti-blanc.

2) Cet article sur Georges Soros et la famille Rotschild illustre d'unen certaine façon le propos de Fred Reed. Soros et la Banque Juive n'ont rien d'américain. Mais d'autres pourront dire le contraire. Il s'agirait d'un aspect essentiel  bien que discret de l"Empire américain.
http://algarath-phoenix.com/2018/08/15/george-soros-agent-des-rothschild/

19/08/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire