Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Forum de l 'ARF à Singapour le 4 août 2018

Un nouveau Sommet de l'ASEAN s'est tenu à Singapour le 4 août 2018. Cette Association, ARF, dite Southeast Asian Nations Regional Forum, réunit 10 pays du Sud-Est asiatique ainsi que la Chine, le Japon et les Etats-Unis. L'Inde y participe de plus en plus.

Le sommet a définitivement consacré la puissante dynamique de transformation en cours dans la Région Asie-Pacifique. Faut-il s'étonner ou s'indigner du fait qu'en France nul n'en a parlé, Pouvoirs Publics et média en premier lieu. On dira que la France, en cette saison, est entièrement préoccupée par les congés, les embouteillages et la chaleur pour s'intéresser au reste du monde. Mais c'est ainsi qu'une puissance encore « moyenne » devient un pays sous-développé.

Un article de MK. Bhadrakumar, notre référence permanente, y est entièrement consacré. On le lira sous le lien ci-dessous 1). Même si les problématiques auxquelles il fait allusion paraîtront lointaines et complexes pour nos lecteurs, nous leur conseillons vivement de le parcourir. Il faudra lire aussi les références fournies par l'auteur. Tout ceci est en anglais, évidemment, mais est-ce une raison ici pour ne pas s'y intéresser ? Nous nous en inspirons dans la rédaction de notre propre article.

Pour résumer, on dira que deux grandes questions ont été abordées par ce Sommet : les relations de l'ASEAN avec la Chine et le déclin apparemment irrémédiable de la stratégie Asie Pacifique des Etats-Unis sous la présidence de Donald Trump. Une troisième question, sans doute aussi importante, concerne l'intérêt grandissant de l'Inde pour l'ASEAN. S'éloignant progressivement de la main-mise américaine, celle-ci se rapproche peu à peu de la Chine, malgré les profondes rivalités qui les séparaient encore jusqu'à présent.

C'était jusqu'ici la politique d'expansion de la Chine en mer de Chine-Sud qui inquiétait l'ASEAN, d'autant plus que les Etats-Unis avaient décidé d'y résister en y multipliant les moyens militaires navals et aériens. Nous en avons souvent rendu compte ici. Or à Singapour la Chine et les membres de l'ASEAN se sont mis d'accord sur un code de bonne conduite commun 2).

Celui-ci ne sera pas nécessairement totalement respecté, mais le fait que ce code existe est un bon signe pour la région. C'est aussi un mauvais signe pour Washington qui y perdra l'occasion de venir militairement et économiquement « au secours » de l'ASEAN, comme il s'y était engagé – alors que personne ne lui avait vraiment demandé, sauf les hommes politiques locaux achetés avec force dollars.

Certes, la grande complexité des relations, souvent de rivalités, entre l'ASEAN et la Chine ne disparaîtra pas d'un seul coup, mais les Etats-Unis ne s'y trompent pas, ce Code est un mauvais signe pour le maintien de leur influence.

Aussi bien, le secrétaire d'Etat Mike Pompeo l'a-t-il reconnu dans un discours à Washington le 30 juillet 3). Celui-ci a été tenu à la fin d'un Indo-Pacific Business Forum par lequel les Etats-Unis cherchent à contrer le poids grandissant de la Chine dans la région. Le 30 juillet, faute d'autres arguments, Pompeo a généreusement proposé une aide de 113 millions de dollars aux pays qui rejoindraient la stratégie américaine.

La somme a été présentée notamment par un représentant de Delhi comme une goutte d'eau face aux dizaines de milliards de dollars de chiffres d'affaires que la Chine fait espérer à ceux qui la rejoindraient dans son grand projet de liaisons intercontinentales dit Belt and Road Initiative.

Par ailleurs, le maintien des opérations militaires américaines pour garantir la « liberté de navigation dans les détroits » (US freedom of navigation operations) inquiète plus qu'il ne rassure. La Chine, même si elle renforce son implantation militaire dans cette zone, n'a manifestement pas l'intention de s'en servir pour imposer des droits de passage ou des restrictions au trafic maritime empruntant cette voie.

Références

1) http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2018/08/05/modis-rethink-on-china-is-just-in-time/
2) https://www.straitstimes.com/politics/asean-china-agree-on-text-to-negotiate-code-of-conduct-in-south-china-sea
3) https://www.state.gov/secretary/remarks/2018/07/284722.htm

05/08/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire