Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Attaque de missiles yéménites dans le détroit de Bab el Mandeb

Guerre de communication au Yémen. L'Arabie saoudite une nouvelle fois en difficulté

Il est curieux de constater que, malgré la précision des images satellitaires, il est encore impossible de savoir si des missiles envoyés le 24 juillet par des « rebelles » yéménites dits houthis soutenus par l'Iran et en arrière plan par la Russie ont touché deux pétroliers saoudiens transitant vers le canal de Suez par le détroit de Bab el Mandeb (voir carte), comme le prétend le gouvernement saoudien, ou deux navires de guerre saoudiens déployés dans le détroit pour relancer l'attaque des Saoudiens et des Emirats Arabes Unis contre les rebelles houthis au Yémen comme l'affirme une agence iranienne de communication 1).

Ces tirs auraient eu des résultats très différents  selon l'une et l'autre source: endommageant légèrement les pétroliers ou coulant un des navires saoudiens, avec mort de tout son équipage. Il est évident que dans ce dernier cas, l'offensive saoudienne contre les rebelles yéménites qui tiennent tout le nord du pays et qui piétine depuis des mois aurait été une nouvelle fois déconsidérée.

Riyad n'avait jamais réussi à mobiliser dans cette offensive l'ensemble des pays dont les pétroliers utilisent le détroit. Les Etats-Unis ont envoyé quelques forces en appui des troupes du prince Bin Salman, mais manifestement Washington n'a pas souhaité jusqu'à ce jour s'engager sérieusement dans ce conflit où inévitablement il se serait confronté militairement à l'Iran. Aujourd'hui Donald Trump, malgré ses rodomontades contre l'Iran, n'a pas retenu cette voie d'approche.

Dans l'immédiat, le ministre saoudien de l'Énergie, Khalid Al Falih a annoncé le 26 jeudi que Riyad avait suspendu temporairement toutes les livraisons de pétrole par le détroit. C'est en fait le géant pétrolier saoudien Aramco qui aurait pris cette décision, fortement sollicité par le pouvoir. Mais le coup risque de n'avoir pas d'effet dans l'immédiat. Le pétrole transitant par le détroit compte peu dans la consommation mondiale. Les pétroliers pourront également choisir de contourner l'Afrique pour gagner l'Occident sans passer par Bab el Mandeb. Le détour ne serait pas négligeable, mais son coût final sur le marché pétrolier serait marginal.

L'on verra dans les prochains jours comment évolue la question. Dans l'immédiat, il apparaît manifestement que c'est l'Iran, via ses alliés yéménites, qui tient la main.

Pour en savoir plus, voir
http://parstoday.com/fr/news/middle_east-i68854-d%C3%A9troit_de_bab_el_mandeb_ferm%C3%A9_%C3%A0_riyad


 

27/07/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire