Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Le collapse de l'Amérique, selon Chris Edges

Cet article est le bref commentaire d'un texte que vient de faire paraître l'auteur et chroniqueur politique américain Chris Edges. Il est très écouté dans les milieux américains dits alternatifs 1) America Shows Many Signs of Impending, Catastrophic Collapse - a Pulitzer Prize Winner Explains

Toutes ces perspectives paraissent fondées. L'auteur fait une liste impressionnante des innombrables domaines dans lesquels ce qu'il nomme le corporate power mène les Etats-Unis et les deux tiers du monde à l'effondrement économique, social et politique. Pour la plupart d'entre ceux se voulant anti-système, il n'y a là rien de nouveau. Mais cela reste indispensable à exposer.

Cependant, que faire ? Chris Edges se montre particulièrement décevant à cet égard. Il fait appel au volontarisme des victimes actuelles du système pour construire des institutions parallèles qui permettraient un développement différent. Cet appel se réduit à un paragraphe unique dont le moins que l'on puisse dire est qu'il n'inquiétera pas les pouvoirs actuels. Ceux-ci détiennent toutes les clefs pour étouffer dans l'œuf la moindre initiative citoyenne susceptible de les menacer. 

Encore faudrait-il que de telles initiatives prennent une force suffisante pour leur permettre de commencer à jouer un rôle. Or est connu de tous les historiens politiques que les dominés sont incapables d'échapper au pouvoir de ceux qui les dominent. Sinon l'histoire serait une suite de révolutions permanentes provenant de la révolte victorieuse des dominés.

Dans l'idéal, cette révolte pourrait se traduire par un équilibre apaisé entre les différentes forces sociales. Mais un tel équilibre est inimaginable. Il se traduirait vite par  une sorte d'atonie ne permettant aucun changement, et par conséquent n'ouvrant aucune perspective d'évolution. Les révoltes se traduisent en fait par l'apparition incessante de nouveaux pouvoirs nés de la disparition des précédents, devenus dominants à leur tour.

Deux vices logiques

L'article de Chris Edges souffre donc de deux vices logiques qui se retrouvent dans tous les travaux de ce type, appelant au refus de l'ordre social régnant. D'une part il ne précise pas comment renverser les pouvoirs dont il dénonce les dangers. D'autre part il n'offre aucune perspective concernant la possibilité d'y substituer de nouveaux équilibres plus égalitaires.

On ne s'étonnera donc pas de constater que de tels articles se renouvellent régulièrement et à l'identique. Ils ne provoquent  qu'un succès d'estime et n'entrainent aucun changement profond des rapports entre forces sociales.

Depuis le néolithique, certes, les sociétés d'humanoïdes  ont évolué en permanence, nous conduisant au monde d'aujourd'hui. Les historiens de cette évolution ne manquent pas d'éléments leur permettant d'en décrire certaines causes – et ce non sans erreurs qui se révèlent après coup. Mais ces recherches n'apportent aucun enseignement sérieux à ceux qui voudraient entre autres  objectifs accélérer le passage à des sociétés dépourvues des vices du monde actuel, que certains désignent du terme de sociétés post-humaines.

A supposer, ce qui nous parait improbable, pour les raisons résumées ci-dessus, que de telles sociétés se révèlent moins inégalitaires et oppressives que les nôtres, elles le feront pour des raisons impossibles à anticiper aujourd'hui mais ne devant pas grand-chose aux analyses de Chris Edges et ses semblables.

Ceci ne sera pas une raison pour ne pas nous y intéresser. Mieux vaut sans doute  lire cela que les pronostics concernant les diverses coupes du monde.

Notes

1)  The author is formerly a foreign correspondent with the New York Times, where he won a Pulitzer prize, until he was fired for criticizing Israel and the Iraq war. He is a New York Times best selling author, former professor at Princeton University, left-leaning political activist and ordained Presbyterian minister.

2) We must invest our energy in building parallel, popular institutions to protect ourselves and to pit power against power. These parallel institutions, including unions, community development organizations, local currencies, alternative political parties and food cooperatives, will have to be constructed town by town.

30/06/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire