Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Paléobiologie. L'anoxie océanique, si elle se généralisait, ferait disparaître l'espèce humaine

Il est facile d'admettre que la diminution du niveau d'oxygène dans les eaux océaniques menacera la survie de toutes les espèces consommant de l'oxygène. Il s'agit des plus petites, depuis de simples cellules incapables de transformer le carbone seules, comme le font la plupart des végétaux par photo-synthèse, jusqu'au plus grandes, poissons ou mammifères marins

La survie de l'homme sera elle-même menacée, compte tenu de sa dépendance à l'égard des organismes marins. Le phénomène par lequel les eaux perdent leur oxygène est nommé anoxie.

Le réchauffement actuel des températures, comme l'empoisonnement des océans par divers déchets ne permettant pas le renouvellement de l'oxygène, font de plus en plus l'objet d'inquiétudes. Rien n'est encore assuré, mais la menace d'anoxie est de plus en plus envisagée. Il est donc intéressant de se demander  si la première extinction massive d'organismes marins, observée 24 millions d'année après l'apparition d'organismes multicellulaires océaniques laquelle remonte à environ 575 millions d'années, n'a pas été provoquée par une perte massive d'oxygène dans les océans de cette époque, dite transition Ediacaran Cambrien.

Un article qui vient d'être publié par la revue Science Advances (référence ci-dessous) essaye d'élucider les causes complexes qui ont joué  cette époque, pour la première fois dans l'histoire de la vie multicellulaire. Elle repose sur l'étude des couches géologiques concernées ainsi que sur les traces laissées par la faune, avant et après la généralisation de l'anoxie.

Elle montre que la disparition de la faune dite Ediacarienne a presque certainement été provoquée  par la perte des océans en oxygène. Mais elle n'apporte pas beaucoup d'éléments expliquant cette perte subite. Il s'est agi probablement de modification de la température de la Terre. Celle-ci à cette époque n'avait évidemment pas été provoquée par une pollution due à l'homme.

Mais est-ce rassurant pour notre proche avenir ? L'anoxie de l'ère primaire avait été certes rapide, mais elle avait été très lente à nos échelles. La plupart des organismes marins avaient eu le temps de s'adapter. Ce ne sera certainement pas le cas dans une désoxygénation due à l'action humaine. Elle pourrait survenir en quelques décennies.

Référence
Extensive marine anoxia during the terminal Ediacaran Period
http://advances.sciencemag.org/content/4/6/eaan8983

Abstract
The terminal Ediacaran Period witnessed the decline of the Ediacara biota (which may have included many stem-group animals). To test whether oceanic anoxia might have played a role in this evolutionary event, we measured U isotope compositions (δ238U) in sedimentary carbonates from the Dengying Formation of South China to obtain new constraints on the extent of global redox change during the terminal Ediacaran. We found the most negative carbonate δ238U values yet reported (−0.95 per mil), which were reproduced in two widely spaced coeval sections spanning the terminal Ediacaran Period (551 to 541 million years ago). Mass balance modeling indicates an episode of extensive oceanic anoxia, during which anoxia covered >21% of the seafloor and most U entering the oceans was removed into sediments below anoxic waters. The results suggest that an expansion of oceanic anoxia and temporal-spatial redox heterogeneity, independent of other environmental and ecological factors, may have contributed to the decline of the Ediacara biota and may have also stimulated animal motility.

 

29/06/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire