Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Tâche difficile pour le nouveau gouvernement espagnol

L'accueil des immigrés africains, venant de l'Aquarius ou d'autres portes d'entrée, telles qu'à Ceuta et Melilla, ne sera qu'une petite difficulté au regard des autres difficultés qui attendent le nouveau gouvernement espagnol présidé par Pedro Sanchez. Celui-ci vient de prêter serment le 7 juin 1).

Pedro Sanchez, chef du Parti Socialiste Espagnol (PSOE), associé au parti Podemos, présenté comme plus à gauche, s'efforce de reprendre certains des objectifs de ce Parti, avant sa défaite devant Mariano Rajoy, président du Parti du Peuple (PP). Rajoy a pendant plusieurs années conduit une politiques inspirée des exigences tant des forces capitalistes que de l'Eglise catholique espagnole. De plus, il aurait généralisé la corruption à tous les étages de l'administration. Pour sa part, Pedro Sanchez s'est engagé à refuser les exigences d'austérité de l'Union Européenne (UE).

Mais pour cela il ne lui suffira pas d'encourager la consommation des milieux défavorisés par de simples manipulations d'indice. Il devra relancer un ambitieux programme d'investissements, notamment dans le domaine public, capables de fournir à moyen terme de nouveaux revenus à distribuer. Mais ce serait tout l'équilibre des rapports de forces économique qu'il devrait bouleverser. Il se heurterait pour cela non seulement à une opposition virulente du patronat espagnol mais à celle des multinationales de la finance et de l'industrie, s'appuyant sur l'aide généreuse de la CIA. De plus, de telles décisions sont pratiquement interdites au sein de l'UE.

La seconde difficulté majeure dont hérite aujourd'hui Pedro Sanchez sera liée aux demandes des nationalistes catalans. Ceux-ci, sans revendiquer dorénavant une véritable indépendance de la Catalogne, présentent des exigences de reconnaissance que le gouvernement central sera sans doute en grand peine de satisfaire. Or c'est le vote des indépendantistes catalans qui ont joué un grand rôle dans les dernières élections. Nul aujourd'hui n'est capable de dire comme la nouvelle majorité et le nouveau gouverneront répondront à leurs attentes.

L'Espagne est le seul Etat en Europe confronté sur cet échelle à un tel défi. D'autant plus que d'autres populations, notamment les Basques, formulent des demandes également difficiles à satisfaire.

Bien évidemment l'UE ne fera rien pour aider à trouver des solutions. La puissante troika qui s'exprime en son nom, FMI, BCE et Commission européenne aurait trop peur de voir son autorité, déjà très fragilisée en Europe, en souffrir davantage.

Peu à espérer d'une sortie de l'UE

Beaucoup pensent, même en Espagne, qu'une sortie de l'UE donnerait plus de liberté et de responsabilité. Mais l'on doute que le pays seul soit en état de conduire une telle politique. Il aurait fallu qu'en France et même en Allemagne, au sein des mouvements dits populistes, des majorités se dégagent pour modifier les traités européens. Ce n'est pas la cas. Emmanuel Macron, fidèle aux instructions américaines imposant de conserver l'Union à tous prix, ne fera rien pour aider l'Espagne.

L'éducation, la santé, les infrastructures, qui se sont fortement détériorées sous Rajoy, ne verront donc pas d'amélioration sensible sous Sanchez. Jusqu'à quand l'accord de convenance entre PSOE et Podemos se maintiendra-t-il ? Seule la volonté de conserver à tous deux la majorité électorale les obligera à maintenir une unité de façade. Mais ce n'est pas de cette façon qu'ils pourront permettre à l'Espagne de tourner vraiment le dos à sa dépression actuelle. Il faudra voir si l'Italie, sous la conduite d'un gouvernement dit populiste et ouvert sur l'Eurasie, pourra obtenir de meilleurs résultats.

1) voir http://www.lepoint.fr/monde/espagne-un-gouvernement-pro-europeen-et-majoritairement-feminin-07-06-2018-2224911_24.php

19/06/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire