Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Gaz naturel liquéfié (LNG). Qui fait du chantage sur qui ?

Les Américains et leurs alliés en Europe multiplient actuellement les pressions politiques sur l'Autriche et l'Allemagne pour que ces deux pays abandonnent leur intention de se connecter au gazoduc North Stream qui pourrait apporter en Europe, en passant sous la Baltique, du gaz fourni par le géant russe de l'énergie Gazprom.

A ce jour, les autorités autrichiennes et allemandes ont refusé de se plier aux injonctions américaines, même au prétexte de conduire des « sanctions » contre la Russie. Les présidents des compagnies directement impliqués, Wintershall en Allemagne et OMV en Autriche ont protesté contre ces pressions, en rappelant qu'elles servaient les intérêts de leurs clients et refusaient de servir en otage à des conflits géopolitiques.

On voit mal en effet Gazprom couper l'approvisionnement en gaz des Européens au prétexte que ceux-ci mèneraient éventuellement à l'égard de la Russie des politiques susceptibles de déplaire à Moscou.

A l'inverse, on doit regretter que certains pays de l'Otan, en premier lieu la Pologne, acceptent désormais de se soumettre aux politiques de Washington en s'approvisionnant en LNG américain exporté à travers l'Atlantique à partir du terminal dit de la Sabine Pass en Louisiane. C'est ce que vient de faire la compagnie polonaise Polish Oil and Gas Co par un contrat de 5 ans, à un prix notablement supérieur à celui du gaz russe.

On dira que là encore il s'agit d'un choix économique et non politique. Peut-être, mais au même moment on doit constater que le ministre de la défense polonais avait en début d'année revendiqué la présence de nouvelles forces américaines à la frontière avec la Russie. Plus récemment un représentant du gouvernement polonais vient de révéler à la télévision que celui-ci envisageait de participer aux frais correspondant à l'entretien d'une unité de tanks américains pour un montant de 2 milliards d'euros.

Comme quoi la Pologne accepte de payer trop cher du gaz américain et d'entretenir sur son territoire des bases militaires américaines. Inutile de dire qu'en cas de réel conflit avec la Russie, celles-ci seraient anéanties en 24 heures

 

 

30/05/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire