Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

D'où provient le bon taux de natalité français?

Le démographe français et consultant en démographie Laurent Chalard https://laurentchalard.wordpress.com/consultant/a repris sur Atlantico une thèse qui correspond aux observations quotidiennes.

La croissance démographique dont la France, à peu près seule est créditée, correspond essentiellement à l'importance propre à la France de l'immigration comportant des femmes africaines en âge de reproduction. Globalement celles-ci donnent naissance à 6 ou 7 enfants, alors que la natalité dans le reste du monde, y compris en Chine, a été dans le cadre d'un phénomène dit « transition démographique » stabilisée à 3 enfants par mère ou moins.

Nous l'avons rappelé, l'exceptionnelle fécondité de ces femmes sur le continent africain met en danger non seulement l'avenir de l'Afrique mais celui de l'ensemble de l'humanité confrontée à la diminution inexorable des ressources terrestres. Les démographes prévoient en effet que la population actuelle de l'Afrique, qui dépasse 2 milliards de personnes, s'élèvera inexorablement à 4 milliards à la fin du 21e siècle. Ceci alors que la population mondiale actuelle, estimée à 7,5 milliards, pourrait ne pas dépasser 7 à 8 milliards à cette date, s'il n'y avait pas la croissance due à l'Afrique. L'on s'interroge encore sur l'exceptionnelle fécondité des africaines. Elle semble due essentiellement à l'influence des religions mais aussi à la volonté délibérée de certains gouvernements qui en font un instrument de combat https://fr.wikipedia.org/wiki/Population_mondiale

Laurent Chalard reconnaît bien volontiers que, selon une thèse des experts de l'Institut allemand de recherche démographique Max Planck, le développement économique favorise l'augmentation du taux de fécondité. Selon eux, ce phénomène remettrait en question le «paradoxe démographo-économique» selon lequel l'augmentation du niveau de vie entraîne la diminution du taux de fécondité. Notons que ces chercheurs n'expliquent pas pourquoi la natalité est si peu élevée en Allemagne même, pourtant un modèle de prospérité économique.

La fécondité est, en règle générale, désormais plus élevée dans les régions au plus haut niveau de vie, que sont les grandes métropoles d'Europe occidentale, l'Ile de France en constituant un exemple-type, que dans les régions aux revenus moindres, c'est-à-dire les campagnes», indique Laurent Chalard

Néanmoins, une analyse plus poussée, notamment à l'échelle locale, peut permettre de réfuter l'hypothèse des chercheurs allemands.

«Si l'on prend le cas de la France, les indices de fécondité les plus élevés en 2015 se retrouvent dans les départements franciliens les plus pauvres, la Seine-Saint-Denis (2,46 enfants par femme) et le Val d'Oise (2,29 enfants par femme)»

Ceci correspond aux départements dans lesquels l'immigration de personnes peu qualifiées, le plus souvent d'origine africaine, a été encouragée depuis des décennies, d'abord par les entreprises à la recherche de main-d'oeuvre, ensuite par les pouvoirs publics eux-mêmes, dans le cadre notamment des politiques de regroupement familial.

Le même phénomène est constaté en Grande Bretagne, qui elle aussi a favorisé l'immigration de main d'oeuvre peu qualifiée, provenant essentiellement du Pakistan.

Laurent Chalard, car ce n'est pas son rôle, ne se hasarde pas à proposer des mesures politiques qui permettraient d'ici la fin du siècle d'éviter que la population en France de devienne essentiellement d'origine africaine.

On ne voit pas d'ailleurs comment, sauf à fermer les frontières à coup de mitrailleuse, comme le fait Binjamin Netanyahou en Israël, les pays européens en général pourraientne pas être submergés d'ici la fin du siècle par des centaines de millions d'africains chassés de chez eux par le réchauffement climatique et autres causes qui rendront progressivement l'Afrique invivable

Référence

http://www.atlantico.fr/decryptage/demographie-et-niveaux-revenus-ces-cartes-fecondite-en-europe-qui-ne-signifient-pas-tout-que-auteurs-veulent-faire-dire-laurent-3398752.html?yahoo=1


 


 


 


 


 


 

23/05/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire