Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Un nouveau scénario-catastrophe

Nous avons plusieurs fois évoqué, concernant l'avenir jusqu'à la fin du siècle, un « scénario-catastrophe ». Celui-ci résulterait de la conjonction d es différentes crises menaçant la planète, environnementale, climatique, énergétique et surtout excessive croissance démographique humaine.

On a pu nous reprocher à cette occasion un excessif pessimiste. Il est donc intéressant de constater que beaucoup de scientifiques font désormais la même prédiction.

C'est le cas de Jack Alpert. Il est à la tête du Stanford Knowledge Integration Lab (SKIL) . Dans un récent rapport, il prévoit que la population mondiale tombera à 600 millions d'ici la fin de ce siècle., alors qu'elle dépasse actuellement les 7,6 milliards.

Aux États-Unis, dont la population devrait être limitée à quelques dizaines de millions, le niveau de vie serait à la hauteur de celui de la paysannerie de l'Europe du Ve siècle, mais de nombreux systèmes naturels – les sols, les océans, le climat, les ressources minérales – seront dans un état de bien grande dévastation par rapport à ce qu'il en était il y a 1500 ans.

Un prospective plus pessimiste, s'il était possible, serait d'une population réduite à 50 millions d'humains, déployée dans trois “cités-états”, dans le Pacifique Nord-Ouest, l'Europe et la Chine. Le niveau de vie y serait proche du niveau de vie actuel, grâce à la science et à une technologie fonctionnant à l'hydroélectricité.

Pour l'auteur cette situation pourrait survenir très vite, les catastrophes s'enchaînant les unes les autres.L'effondrement devrait commencer par les banques, la finance et les marchés, mais il s'étendrait vite dans les domaines politique, économiques et sociaux. Il faudrait prendre au sérieux des débuts de crise à Wall Street car ils pourraient s'étendre rapidement au reste du monde et dans tous les secteurs. On notera qu'Alpert considère comme négligeable l'apport au plan mondial des nouvelles sciences et technologies. Elles n'auront pas le temps de transformer les civilisations.

La prévision est étrangement muette sur la façon dont mourraient comme attendu d'ici la fin du siècle les milliards d'humains – nécessairement au cours de guerres fratricides d'une ampleur jamais connue dans l'histoire. La haute idée que certains continuent à se faire concernant l'humanité serait ramenée à un sinistre réalisme.

Référence

http://kunstler.com/podcast/kunstlercast-303-jack-albert-unwinding-human-predicament/

 

 

06/05/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire