Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

La prétendue faiblesse de Vladimir Poutine

Certaines critiques s'expriment actuellement concernant ce qu'elles nomment l'étrange mollesse de Vladimir Poutine face aux attaques redoublées de Washington et d'Israël visant la présence et la politique russe en Syrie.

On citera à cet égard Paul Craig  Roberts https://www.paulcraigroberts.org/2018/04/30/syrian-cisis-escalates/

Or il serait surprenant que Moscou soit assez naïf pour ne pas voir que les Etats-Unis, maintenant relayés sur le terrain par Israël, ne chercheront pas en multipliant les agressions contre la Syrie et l'Iran, à l'obliger à répondre militairement sur le terrain, en défense de ses alliés. On pourrait très bien concevoir qu'après un nouveau bombardement par Israël d'une base militaire syrienne, la Russie réplique en bombardant, ne fut-ce que de façon symbolique, une des nombreuses bases militaires américaines dans la région. Ceci surtout si, comme cela se produira inévitablement, des militaires russes se trouvaient victimes des attaques israélo-américaines.

Mais que se passerait-il après? On peut penser que Washington veut pousser Moscou à la guerre, avant que l'armée russe ne soit dotée des nouveaux équipements qui la rendront très supérieure en moyens à l'aviation et à l'armée américaine. Cette guerre serait d'abord régionale, mais elle pourrait devenir beaucoup plus générale, à toutes les frontières de la Russie. L'Otan serait mobilisée à cette fin. Il s'agirait d'une guerre dite conventionnelle, sans appel aux armes nucléaires. Néanmoins, très vite, l'armée américaine qui se trouverait très inférieure en nombre à l'armée russe, ferait appel à des armes nucléaires de basse intensité, dite tactiques. Une guerre mondiale nucléaire pourrait s'en suivre, même si elle n'était pas volontairement recherchée par Washington, sachant que cette guerre serait aussi désastreuse pour les Etats-Unis que pour la Russie.

Manifestement Vladimir Poutine ne veut pas courir ce risque, fut-il faible. Ceci expliquerait sa retenue actuelle. L'humanité toute entière devrait s'en réjouir et l'en remercier, plutôt que l'accuser de faiblesse. Il est évident cependant que si Washington voulait profiter de la retenue russe pour poursuivre et étendre ses agressions au Moyen-Orient, Moscou ne pourrait pas indéfiniment céder du terrain. Il riposterait, localement d'abord, mais avec tous les risques d'un conflit plus général. Autant que l'on sache, les forces armées russes s'y sont préparées.

Il faut rappeler que pendant toute la guerre froide, la guerre nucléaire mondiale a été évitée du fait de la volonté des deux gouvernements de ne pas en courir le risque et d'éviter les provocations qui y conduiraient nécessairement. Il semble qu'aujourd'hui le parti de la guerre américain, relayé malheureusement de plus en plus par Donald Trump, ait décidé le contraire, comptant sur la volonté russe de ne pas réagir pour ne pas provoquer une guerre mondiale.

Il s'agit de comportements criminels, auxquels semblent s'associer désormais la France et la Grande Bretagne. Le seul espoir d'éviter la guerre mondiale serait que les citoyens, aux Etats-Unis comme en Europe, se mobilisent pour ramener leurs gouvernements à la raison. Mais les opinions seraient-elles en état de le faire, du fait de l'intense propagande leur présentant la Russie et la Chine comme prêtes à les envahir.

En attendant, il est irresponsable d'accuser Vladimir Poutine de faiblesse, comme l'a fait Paul Craig Roberts, Vu l'âge de celui-ci, si une guerre éclatait, fut-elle seulement conventionnelle, ce n'est pas lui qui irait la faire. Mais à la réflexion, on pourrait se demander si ce même Paul Craig Roberts n'est pas un agent, volontaire ou non, du parti de la guerre américain.

.Note au 17/05
Depuis Paul Craig Roberts a changé complètement d'avis concernant une prétendue faiblesse de Poutine. Il y voit au contraire une position diplomatique très positive. Voir 
http://www.dedefensa.org/article/le-tournant-de-paul-craig-roberts

Note au 19/05

Dans le même sens, on lira un excellent article de Réseau International

https://reseauinternational.net/the-saker-na-pas-seulement-tort-il-est-aussi-hors-de-propos-poutine-est-un-excellent-stratege/

04/05/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire