Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Que va faire dorénavant le Pentagone?

Que va-t-il faire en se rendant compte chaque jour davantage de la supériorité militaire russe?

Nous avions déjà posé cette question à la suite de l'exposé par Vladimir Poutine dans son discours sur l'état de l'Union le 1er mars présentant les nouvelles armes dont s'était dotée la Russie. Manifestement les militaires américains s'étaient laissé prendre de court, malgré les moyens d'espionnage considérables dont ils disposent. Il devrait se passer de longs mois avant que l'industrie américaine mette au point l'équivalent de telles armes, sans mentionner le fait que son homologue russe continuera à les perfectionner.

Mais ces armes, à l'exception sans doute du missile hypersonique Kinzal, et bien évidemment des missiles nucléaires balistiques (ICBM) ne pourraient pas être dans l'immédiat produites en quantité assez grande pour être déployés sur tous les théâtres où les bases militaires des Etats-Unis menacent la Russie. Il restait au Pentagone quelques mois pour déclencher contre Moscou une guerre conventionnelle destructrice, vu l'inégalité des forces en présence.

Cette perspective s'évanouit aujourd'hui. C'est dès maintenant que l'armée russe pourrait en cas de besoin rendre inopérante toute attaque américaine. Elle le doit à l'écrasante supériorité dont elle dispose aujourd'hui dans le domaine de la guerre électronique (Electronic warfare). Le Pentagone découvre maintenant (là encore avec un retard inexplicable) que l'aviation et la marine russes sont désormais capables de rendre inopérants tous les matériels aériens et navals dont sont dotés ses unités.

Le général Thomas,  qui assure le commandement des Special Operations Forces américaine, avait déjà reconnu devant des experts américains le retard pris dans le domaine de l'électronique (reconnaissance, identification, surveillance, brouillage.. ) . Ceci vient d'être confirmé par l'ancienne respnsable de la guerre électronique pour l'US Army, Laurie Buckhout: « Nous avons une très bonne capacité de renseignement par écoute-radio et nous pouvons tout écouter. Mais nous n'avons pas le dixième des capacités offensives des Russes, notamment pour désactiver le fonctionnement de nos équipements électroniques » 2) .

Concrètement cela signifie que les militaires russes peuvent désarmer tout engin américain dirigé contre eux. Ils peuvent par conséquent, en distribuant les moyens de guerre électronique dont ils disposent, créer de vastes zones interdites d'accès (A2/D2 soit Anti-Access/Area Denial)  à tout appareil ou missile américain, que ce soit pour la surveillance ou pour l'attaque. C'est ce qu'ils ont déjà fait, semble-t-il, en Syrie pour protéger leurs installations.

Mais comme de tels systèmes sont relativement faciles à produire, ils pourront étendre plus largement de telles zones. Ils pourront aussi, sous un contrôle minimum, en doter leurs alliés, notamment la Syrie et l'Iran. Ils protégeront par ailleurs progressivement leurs frontières les plus sensibles, notamment dans la région de Kaliningrad. Tout laisse penser que la Chine se dotera également de tels moyens, soit de son propre chef, soit en coopération avec Moscou. Inutile de dire que les menaces militaires que profèrent certains pays européens au sein de l'Otan, se trouvent d'ores et déjà ridiculisées.

Washington n'a désormais qu'une perspective pour détruire la Russie, objectif qu'elle poursuit depuis un demi-siècle: passer à l'échelle nucléaire, notamment en utilisant des armes nucléaires de faible intensité (plusieurs fois la bombe d'Hiroshima cependant) dont il semble que l'armée américaine sera dorénavant dotée. Faut-il le craindre? Cela n'est pas à exclure.

Dans le cas contraire les Etats-Unis seront contraints à négocier avec les Russes. Il s'agira non seulement d' accords de non-agression, mais d'abandonner définitivement la volonté de domination mondiale qui a fait jusqu'à ce jour le coeur de la politique extérieure de Washington. Rien ne permet de penser qu'ils s'y résoudront en temps suffisamment utile pour éviter la guerre nucléaire mondiale.

Références

1) Voir notre article du 03/03/2018. Le parti de la guerre américain réduit à l'impuissance
http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2936&t=Le%20parti%20de%20la%20guerre%20am%E9ricain%20d%E9finitivement%20r%E9duit%20%E0%20l%27impuissance

2) Voir https://breakingdefense.com/2018/04/russia-widens-ew-war-disabling-ec-130s-in-syria/

3) Voir aussi (russe)  https://vz.ru/politics/2018/4/26/919811.html

 

02/05/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire