Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

La France caniche des Etats-Unis.

C'est ce que constate, avec un mélange semble-t-il de satisfaction et de regret, l'analyste politique américain réputé Finian Cunningham dans l'article référencé ci-dessous.

C'est en fait plus précisément à Emmanuel Macron, à la suite de son récent séjour à la Maison Blanche, que ce reproche s'adresse; « French leader being such a pathetic poodle to the White House bully ».

On aurait pu penser qu'Emmanuel Macron, invité en grande pompe par Donald Trump, aurait pu en profiter pour notifier énergiquement au Président américain que ni la France, ni les autres signataires du traité n'accepteraient la remise en cause du traité de Vienne signé en 2015 avec l'Iran, les Etats-Unis, la Russie, la Chine, l'Allemagne et la France, dit Joint Comprehensive Plan of Action (JCPOA). Par cet accord, l'Iran, au nom de la non-prolifération, acceptait de suspendre ses recherches dans le domaine nucléaire.

L'Iran ayant rigoureusement respecté ses promesses en matière de recherche pour une arme nucléaire, ce que tous les experts mandatés par le Conseil de Sécurité reconnaissent, aurait du le voir proclamer solennellement et obtenir en contrepartie la levée des inqualifiables « sanctions américaines ». Si Donald Trump voulait se retirer du Traité, ce serait son affaire, mais les autres signataires ne le suivraient pas. Ils confirmeraient en conséquence leur volonté de voir se normaliser les relations des Etats européens avec Téhéran. Emmanuel Macron avait d'ailleurs affirmé avant son départ qu'il n'y aurait pas de Plan B pour renégocier cet accord. Il fallait s'en tenir aux engagements respectifs.

Or à la surprise et indignation des autres signataires, hormis les Etats-Unis, Macron s'est permis d'affirmer, apparemment sans même avoir consulté ses conseillers diplomatiques et militaires, que la France travaillait avec les Etats-Unis pour « négocier un nouvel accord ». Bien entendu il a été incapable de préciser ce que serait ce nouvel accord dans l'esprit de la France. Il a ainsi démontré son incapacité à mener au nom de la France une diplomatie responsable. Donald Trump avait d'ailleurs démenti à l'avance son invité à la Maison Blanche en affirmant que l'accord était mauvais et que seul son rejet serait acceptable.

Nul n'ignore, l'Iran la première, que Donald Trump et son autre caniche, Binjamin Netanyahu en Israël, ne rêvent que d'une chose, détruire ou au moins neutraliser l'Iran accusée des desseins les plus noirs. La France les rejoindra-t-elle?

A notre connaissance, à ce jour, le gouvernement iranien n'a pas encore réagi aux déclarations de Macron, mais on peut deviner dans quel sens il le fera. Ce sera la fin, pour le plus grand profit de l'Allemagne, des espoirs de coopération diplomatique et économique avec Téhéran bien engagés par les intérêts français. Tous les touristes français qui par ailleurs avaient commencé  à redécouvrir l'Iran n'auront plus qu'à rechercher d'autres destinations. Pourquoi pas aux Etats-Unis?

Référence

http://www.informationclearinghouse.info/49292.htm

 

26/04/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire