Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Attentat de Toronto. Une nouvelle fois, rien à voir (sic) avec le terrorisme islamique

Comme le plus souvent dans ce genre d'évènement, les « autorités » imputent, jusqu'à plus ample information, l'attentat de Toronto à une sorte de déséquilibré et non à un militant de l'islamisme radical. Cette prudence est compréhensible. On ne peut accuser sans preuve, ni, selon l'expression, stigmatiser a priori les musulmans, nombreux au Canada.

Mais ce sont des terroristes musulmans qui ont inauguré à grande échelle le processus consistant à tuer en faisant usage d'une voiture ou d'un camion lancé dans une foule tranquille. Ils appliquent en cela les instructions qui ont été diffusées très largement par des organisations islamiques telles qu'Al Qaida décidées à mener la guerre sainte dans les sociétés non musulmanes. Même si ces attentats proviennent de « loups solitaires », l'internationale terroriste ne manque pas de les revendiquer.

Or systématiquement les « autorités », souvent même avant toute enquête, s'empressent de faire savoir qu'il ne s'agissait pas d'actes terroristes. On les comprend. Ainsi elles ne pourront pas se voir a priori reprocher leur incapacité à identifier les réseaux terroristes et à y détecter des individus, fussent-ils comme en France fichés S, susceptibles de passer à l'acte.

Le mimétisme

Il reste que tous les sociologues et psychologues connaissent en matière de criminalité comme partout ailleurs, le rôle des effets de mode. Des modèles largement aujourd'hui diffusés par les médias poussent un certain nombre d'individus influençables à les adopter. Concernant le terrorisme islamique, la multiplication des sites publiés par l'islam radical, et glorifiant les croyants morts pour la foi, ne cesse de croitre. L'Arabie saoudite, si courtisée aujourd'hui, en est le plus souvent la source.

Il y a quelques années, une science nommée la mémétique s'était efforcé de décrypter les effets, souvent ravageurs, de l'imitation systématique. Nous avions souvent donné la parole à Pascal Jouxtel, président de la société française de mémétique http://www.automatesintelligents.com/biblionet/2006/jan/csp.html

Ceci dit, le simple mimétisme, qui est à l'origine de la diffusion des cultures humaines, suffit à comprendre pourquoi une vidéo montrant des « mécréants » égorgés peut suffire à faire naître des vocations terroristes, que ce soit chez des musulmans ou chez des individus mal intégrés n'ayant pas grand chose à voir avec l'islam, mais tentés par l'égorgement ou le suicide. .

Or le mal, tout le monde l'admet, est inhérent à la généralisation de l'internet. Les forces de sécurité ne peuvent pratiquement rien faire pour le prévenir. Tout au plus faudrait-il augmenter les moyens dits de renseignement humain permettant de détecter à l'avance, par leurs propos et comportements suspects, des candidats au suicide par l'attentat. Mais là encore la tâche serait pratiquement impossible, par manque de moyens et plus généralement, pour ne pas généraliser une société de surveillance dont les effets néfastes seraient considérables dans des pays se voulant libéraux.

Sans excuser les auteurs d'attentats comme celui de Toronto, il serait nécessaire de comparer par exemple le nombre des victimes de la route, nombre considéré comme un mal nécessaire à la croissance infinie du marché de l'automobile, avec celui des tués et blessés provoqués par des conducteurs suicidaires. Il faudra s'y habituer et continuer à vivre – quitte à multiplier les plots de béton comme sur la Promenade des Anglais à Nice ou pour l'accès à la Tour Eiffel à Paris.

Voir

http://www.levif.be/actualite/international/un-attentat-fait-10-morts-a-toronto-un-acte-non-lie-a-la-securite-nationale/article-normal-830627.html

Note au 24/04, 20h

Pascal Jouxtel, président de la Société française de mémétique,  nous écrit en réaction au présent article:

Je vous suis complètement dans l'idée que le mimétisme (ou quelque chose de plus complexe, plus Sperberien, comme la reproduction des conditions favorables à la mise en oeuvre d'un comportement) transcende allègrement les frontières de son milieu idéologique d'origine. Le fait de voir arriver une chose horriblement novatrice plusieurs fois habitue nos esprits à sa normalité  - en dépit du fait qu'on trouve cela horrible - et du coup, crée un terreau favorable dans lequel pourront s'enraciner de nouvelles instances, parfois différentes, comme par exemple un crime passionnel à la voiture bélier.

J'ai notamment observé récemment avec intérêt :

1. la sortie du dernier ouvrage de Joël de Rosnay. Il  fait la part belle à l'épigénèse, qu'il associe à la transmission culturelle pour imaginer un monde où l'homme parvient à se transformer beaucoup plus rapidement. Il va jusqu'à parler d'une épimémétique, mais n'ayant pas lu le livre, je ne peux pas en dire  plus pour le moment

2. La discussion autour des Fake News, avec notamment des articles parus dans la revue Science. en particulier celui-ci qui est fondé sur la totalité de l'historique de twitter. Il démontre par une analyse chiffrée très robuste que les fausses infos se propagent mieux que les vraies.

Au-delà de cette relance d'une activité de recherche proche de la mémétique, je suis fasciné et effrayé par la mutation totale du système social de véridiction, qui va dans le sens d'une "réalité personnelle pour chacun" et fait suite à la remise en cause de l'ancien système positiviste basé sur une culture de la preuve objective, vérifiable par tout un chacun. 

Ce qui me frappe, c'est que le même basculement (au sens de CW Graves) peut avoir des côtés bénéfiques, comme la société du "care" qui remplace la dureté ultralibérale, et des côtés terrifiants, comme l'affaiblissement de la raison critique...

3. Le débat entre le camp des "Collapsologues néo-survivalistes" et celui des "transhumanistes technophiles", débat qui est en train de bien se structurer, mais n'en est pas moins effrayant pour autant. J'y reviendrai

 

 

 

24/04/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire