Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Chine et Corée du Nord: même combat

La visite « non officielle » du leader Nord Coréen Kim Jong Un à Pékin le 28 mars 1) n'a pas semble-t-il été considérée dans les milieux diplomatiques et les médias « occidentaux » à sa juste valeur. Ou peut-être ont-ils cédé aux pressions implicites de Washington pour cet événement, qui marque un nouveau et considérable recul de l'influence des Etats-Unis dans cette zone, ne soit pas trop commenté.

Pour l'apprécier à son importance, nous proposons au lecteur de lire l'article toujours extrêmement bien documenté de notre « référence », l'ancien diplomate indien M.K. Bhadrakumar 2). Faute de temps ce soir, nous ne commenterons pas ici, quitte à y revenir ultérieurement. Disons seulement qu'une alliance stratégique sans arrières pensées semble s'être mise en place entre la Chine et le Nord-Vietnam. La Chine qui jusqu'ici et depuis la fin de la guerre de Corée avait toujours voulu garder une certaine distance avec son voisin de la péninsule indochinoise, y a manifestement renoncé. Il en est de même de Pyongyang.

Les menaces précédentes de Donald Trump à l'égard de ces deux pays ont joué un rôle dans cette nouvelle alliance. Mais plus généralement on peut penser que la Chine et la Corée du Nord veulent se préparer à faire front commun face à l'inquiétante dérive politique de la Maison Blanche, où progressivement les collaborateurs relativement modérés de Donald Trump sont remplacés par des personnalités extrémistes, dont le pire peut survenir d'un jour à l'autre.

Kim Jong Un s'est engagé à dénucléariser son pays, si la Chine lui apporte des garanties de soutien en cas d'agression américaine. Mais on peut penser que dans l'immédiat Pékin voit d'un bon oeil un allié disposer d'un minimum de moyens balistiques nucléaires, susceptible d'intervenir pour son compte comme « proxie » (selon le terme qui s'est généralisé) au cas où les tensions en Asie Pacifique du Sud l'exigeraient.

Références

1) http://www.rfi.fr/asie-pacifique/20180328-chine-premiere-visite-leader-nord-coree-kim-jong-xi-jinping
2) http://blogs.rediff.com/mkbhadrakumar/2018/03/28/china-gives-shock-therapy-to-us/

 

28/03/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire