Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Le mystère Trump s'épaissit.

Donald Trump reste un mystère pour la plupart des observateurs, y compris à la Maison-Blanche.

Est-il de plus en plus manipulé par le parti de la guerre américain, lequel veut se servir de lui pour provoquer des conflits, voire des guerres, avec différents pays que ce parti considère comme des ennemis de l'Amérique à neutraliser au plus tôt: la Corée du Nord, l'Iran, éventuellement la Chine et surtout la Russie. Cette manipulation de Trump s'est traduite par le fait qu'après les promesses de désengagement du candidat lors de sa campagne électorale, le candidat devenu président multiplie les menaces contre ces pays. Ce faisant il mobilise toutes les ressources dont dispose l'armée américaine, la mettant sur le pied de guerre dans les différents théâtres d'opérations conduites par Washington.

A l'opposé Donald Trump n'est-il pas resté relativement pacifiste? Mais comme il ne peut lutter contre l'influence écrasante prise sur la vie politique américaine par le parti de la guerre et le Deep state, il leur accorde des concessions apparentes qui lui permettent de continuer plus discrètement à tenter d'éviter la guerre?

En preuve de la première hypothèse, on fait valoir que la toute dernière nomination comme Conseiller National de la Sécurité de John Bolton que chacun considère comme le plus faucon des faucons est la preuve que Donald Trump a cédé devant les pressions du parti de la guerre. Ce John Bolton, à peine nommé, a multiplié les déclarations pouvant être interprétées comme l'annonce de guerres contre les Etats précités. Ceux-ci ne s'y trompent pas, notamment à Moscou. Il semble qu'ils se préparent au pire. 1)

On peut lire ce soir 24:03 dans les revues de la presse en ligne française et européenne de graves signes d'inquiétude. Ils paraissent tout à fait fondés.

L'on trouve cependant dans cette même presse de rares articles expliquant que la nomination de Bolton par Trump est sa façon de tromper ses ennemis. En sous-mains, il continuerait à avoir des contacts avec certains des pays menacés, notamment la Russie. Il leur fait valoir que Bolton ou pas, il saura éviter les occasions de conflits. Au contraire, ils travaillera à les désamorcer 2)

Nous pensons pour notre part que, quelle que soit la réponse qui sera apportée au « mystère », le parti de la guerre américain est si bien implanté qu'il convient de prévoir, dans les semaines ou moins qui viennent, l'ouverture de conflits militaires avec les pays considérés comme luttant efficacement contre la domination américaine dans le monde. Cela pourrait être très rapidement le cas en Syrie d'où, comme nous l'avons indiqué dans un article précédent, Washington n'acceptera jamais selon nous  de se retirer. 3)

Références

1) Voir http://www.theamericanconservative.com/articles/a-madman-on-the-national-security-council

2) Voir par exemple https://www.strategic-culture.org/news/2018/03/22/is-north-korea-deal-stalking-horse-trump-mid-east-makeover.html
commenté par DeDefensa http://www.dedefensa.org/article/bolton-bolton-mon-dieu-pas-bolton

3) Voir Washington n'acceptera jamais de se retirer de Syrie http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2963&r_id=&t=Washington%20choisira%20la%20guerre%20plut%F4t%20qu%27%EAtre%20%E9limin%E9%20de%20Syrie


 


 


 

n





 


 

24/03/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire