Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Vladimir Poutine très bien réélu. Mais après?

Il est certain que la confortable réélection de Vladimir Poutine le 18 mars conforte sa crédibilité et son influence, non seulement en Russie, mais chez les alliés de celle-ci, notamment la Chine. Les gouvernements et les médias occidentaux ont tenté de minimiser ce succès en multipliant les accusations de fraude électorale. Mais ceci n'a impressionné personne, d'autant plus que ces accusations n'ont absolument pas été prouvées.

Il reste que le président russe reste encore très dépendant de la couche des millionnaires et milliardaires russes, dont il n'a pu empêcher la multiplication, du fait de sa volonté d'assurer une liberté politique et économique qui de fait est très voisine de celle ayant cours dans le monde capitaliste. Cette « élite » continue a manœuvrer pour se rapprocher des Etats-Unis et de l'Europe, au détriment des perspectives d'indépendance de la Russie motivant  l'action de Vladimir Poutine depuis son arrivée au pouvoir.

Or il paraît très difficile, sinon impossible que Poutine, même en s'appuyant sur la Russie profonde qui a voté en sa faveur, puisse les empêcher de nuire. Ceci d'autant plus que parmi eux sévit un grand nombre de prétendues ONG qui sont en fait des créatures de la CIA ayant pour objectif de fomenter un coup d'Etat sur le mode ukrainien, visant à provoquer un « regime change ». De plus, rien n'assure que s'il voulait remettre de l'ordre, Poutine serait suivi par l'armée et les forces de sécurité dont un certain nombre d'éléments, malgré les faveurs reçues du Kremlin, le soutiennent sans doute, selon l'expression française, comme la corde soutient le pendu.

Menaces de guerre provenant de Washington

Mais une question bien plus urgente se posera rapidement à Vladimir Poutine: comment réagir face aux provocations militaires, voire aux menaces de guerre, que Washington multiplie depuis quelques jours contre lui. Dans un article précédent 1) nous nous sommes appuyés sur un nombre croissant d'observations montrant que c'est en fait une guerre contre la Russie que prépare l'Etat profond américain. Cette guerre ne devrait pas immédiatement prendre la forme d'une attaque atomique. Elles procédera par des phases d'intensité croissante visant à progressivement désorganiser la puissance russe. Le procès fait à Moscou à propos du prétendu empoisonnement par les services secrets russes d'un ancien espion réfugié aux Etats-Unis en donne un exemple parfait.

Face à cette situation, beaucoup d'observateurs indépendants pensent qui si Poutine, au lieu de chercher à se justifier, comme il le fait actuellement, haussait le ton en prenant lui-aussi des positions agressives, voire belliqueuses, le parti de la guerre américain se calmerait immédiatement.

Il faudrait donc que Vladimir Poutine, dès maintenant, montre toute sa force pour éviter d'avoir à s'en servir. Evoquer de nouvelles armes russes laissant le Pentagone sans répliques militaires ne suffira pas, car c'est dans les jours ou semaines à venir que Vladimir Poutine devra sensiblement hausser le ton pour remettre les fauteurs de guerre américains à la raison. C'est l'avenir de la planète qui en dépend. Mais le président russe, bien que renforcé par son succès aux élections, osera-t-il le faire ?

1) http://www.europesolidaire.eu/article.php?article_id=2963&r_id=&t=Washington%20choisira%20la%20guerre%20plut%F4t%20qu%27%EAtre%20%E9limin%E9%20de%20Syrie 

19/03/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire