Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Washington choisira la guerre plutôt qu'être éliminé de Syrie

Nous employons le futur et non le conditionnel, parce que nous sommes persuadés que très rapidement les événements nous donneront raison. Puissions nous nous tromper (rédaction provisoire).

Qui à Washington fera ce choix? Sans doute pas Donald Trump de lui-même. Malgré ses rodomontades, on peut penser qu'il mesure les risques. Mais le complexe de la communauté du renseignement, CIA et FBI en premier lieu, certains milieux militaires ou industriels qui ne peuvent se passer de guerre pour survivre, des Représentants tant Démocrates que Républicains pour qui la guerre, là encore, est la meilleure façon de dominer la vie politique. Cet ensemble très puissant est prêt à se débarrasser de Trump s'il faisait de la résistance. Il faut ajouter à ce parti de la guerre le très puissant lobby dit « juif » américain. Il porte en l'amplifiant la voix d'Israël pour qui la présence américaine au Moyen Orient est considérée comme indispensable à la survie 1).

La guerre contre qui? Dans un premier temps, contre la Syrie de Bashar al Assad, lequel pour le moment et avec le soutien russe est en passe d'éliminer les combattants islamistes soutenus et armés par les Etats-Unis de leurs derniers bastions en Syrie, notamment la Goutha. Dans un second temps, si nécessaire, contre l'Iran et le Hezbollah qui ont déjà pris le parti de Bashar al Assad. Dans un troisième temps, contre la Russie elle-même, et ce malgré les risques d'embrasement, si Moscou décidait d'intervenir militairement sur le terrain pour défendre son allié Bashar al Assad.

La guerre, mais comment? Dans un premier temps, il s'agira de provoquer des attentats aux produits chimiques conduits par des islamistes anciens d'Al Qaida agissant pour le compte de Washington, attentats que l'on attribuera à Bashar al Assad. Dans un second temps, il s'agira de tirs sur Damas et la Syrie, prétendument en riposte, à partir de la force militaire aéronavale américaine qui s'est rassemblée ces derniers jours en Méditerranée orientale. Ensuite viendront des engagements plus directs rassemblant les « proxies » Islamistes présentés depuis longtemps, notamment sous le nom de Armée syrienne libre, comme se battant pour libérer la Syrie du pouvoir de Damas. S'y joindront les mercenaires américains déjà présent sur le terrain. Ce faisant, nécessairement, la Russie sera visée, notamment à travers ses deux bases militaires en Syrie.

La guerre, mais avec quelles conséquences? Apparemment Washington ne se pose pas la question. Cela signifie nécessairement qu'il est prêt à envisager une guerre avec la Russie. 2).

  1. Voir un article bien informé, comme ils le sont tous, du WSWS
    Political warfare in Washington enters new stage following firing of former FBI deputy director
    http://www.wsws.org/en/articles/2018/03/19/pers-m19.html

  2. Dans cet interview, rapporté par DeDefensa, le général américain Votel qui dirige le Central Command, responsable des opérations militaires au Moyen Orient, reconnaît qu'il n'a jamais reçu d'instructions précises lui ordonnant de préparer une attaque américaine en Syrie. Il ne pense pas qu'il en recevra. C'est une bonne nouvelle, mais elle n'est qu'à moitié rassurante. Les guerres se décident dans d'autres instances que dans les Etats-Majors. Et quand la décision est prise, les militaires n'ont pas, en principe, d'autres choix que de l'appliquer. http://www.dedefensa.org/article/lextraordinaire-neantisation-du-pouvoir-us

    Note au 24/03
    Dans le même sens, voir cet article daté du 21/03
    https://www.strategic-culture.org/news/2018/03/21/russian-military-warns-major-war-in-syria-imminent.html

    La question que tout le monde se pose est: que fera la Russie? Si elle réagit en frappant un seul militaire US, cela risque d' être la guerre mondiale.
    Aussi peut on craindre que Putin ne réagisse que de façon symbolique, n'ayant pas encere  tous les armements nécessaires.

19/03/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire