Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Le Carl Vinson au Viet-Nam: cible pour des missiles hypersoniques chinois?

Pour la première fois depuis la fin de la guerre du Vietnam, il y a plus de 40 ans, un porte-avions de la marine américaine, le USS Carl Vinson a mouillé au Vietnam, dans le port de Danang, le 5 mars, pour un séjour de 4 jours.

Si, officiellement, les Etats-Unis ont décrit la visite de l'USS Carl Vinson et de son contingent de 5 000 marins et aviateurs comme une occasion historique de renforcer l'amitié entre deux pays jadis en guerre, personne n'est dupe. Il s'agit d'abord de rappeler à Hanoï quelle que soit sa prétention de se rapprocher stratégiquement de la Chine, que le pays reste sous le contrôle militaire américain.

Mais il s'agit tout autant d'un message adressé à Pékin. La Chine, qui ne cesse d'étendre ses ambitions géopolitiques et militaires en mer de Chine méridionale, ne doit pas oublier que cette zone d'importance stratégique essentielle est considérée par les Etats-Unis comme faisant partie de son propre domaine. Ils y font manœuvrer régulièrement des éléments de la VII flotte relevant du Pacific Command,

Rappelons que l'USS Carl Vinson (CVN-70) est un porte-avions polyvalent américain à propulsion nucléaire, faisant partie de la classe Nimitz. Il est le troisième porte-avions de la sous-classe Nimitz, et fait partie des 10 porte-avions géants de l'US Navy. Il est basé en Californie, à San Diego.

On peut se demander cependant, depuis quelques jours, si le message impressionnera véritablement tant le Viet-Nam que le Chine. Dans l'annonce historique du 1er mars de Vladimir Poutine selon laquelle la Russie dispose désormais, ou disposera rapidement, d'armes de nouvelles génération contre lesquelles les Etats-Unis n'ont pas de parade, figure la mention de missiles d'attaques hypersoniques (volant à plus de Mach 5).

Or ceux-ci, soit en groupe, soit même éventuellement s'ils sont bien placés, seuls, peuvent envoyer par le fond les grands porte-avions d'attaque américains. Ils ne seront pas capables de s'en protéger, même avec l'appui des unités constituant leurs groupes d'accompagnement.

Comme nous l'avions observé précédemment, il est étonnant que le Pentagone découvre aujourd'hui ce fait, malgré les impressionnants moyens d'espionnage dont il a toujours disposé. Mais enivré par sa puissance, le Pentagone n'avait jamais sans doute imaginé que les Russes puissent lui résister, au moins dans le domaine des armes conventionnelles (non nucléaires) dont il s'agit ici.

Mais il y a pire. Le Pentagone découvre en ce moment, avec sans doute une stupeur plus grande encore, que la Chine est dotée ou sera dotée prochainement, de tels missiles hypersoniques. Elle le devra soit du fait de ses propres investissements, soit dans le cadre de sa coopération avec la Russie. Très rapidement, elle pourra donc obliger les grands porte-avions d'attaque américains tels le Carl Vinson, à s'éloigner de ses côtes et rentrer dans leurs bases pour n'en plus sortir, sauf à titre de manoeuvre, pour l'entrainement des équipages.

Que peut faire le Pentagone?

Le Pentagone le découvre, mais trop tard. Dans un article du 6 mars, le très bien informé (de sources officielles) Washington Examiner titre « China's hypersonic weapons could sink US aircraft carriers, Pentagon official says » https://www.washingtonexaminer.com/chinas-hypersonic-weapons-could-sink-us-aircraft-carriers-pentagon-official-says/article/2650816

Michael Griffin, sous-secrétaire à la Défense pour la recherche et l'ingénierie, a déclaré que la Chine consacrait de très gros budgets, 20 fois supérieurs aux budgets américains, au développement de versions d'armes conventionnelles de type des missiles hypersoniques. Elle pourrait rendre les porte-avions américains vulnérables aux attaques. «  Lorsque les Chinois pourront déployer des systèmes hypersoniques tactiques ou régionaux, ils mettront en péril nos groupements tactiques de combat, ils tiendront toute notre flotte de surface sous la menace d'une destruction, ils pourront annihiler nos forces terrestres projetées » « Nous n'aurons plus alors que deux solutions, les laisser faire ou passer au nucléaire ».

Griffin demande donc en urgence des investissements massifs dans ce type d'armes. Mais, comme nous l'avions indiqué précédemment, de tels retards ne se récupèrent pas, aussi grandes que soient les ressources du Pentagone et de son agence de recherche, la Darpa, aussi nombreux que soient les ingénieurs européens qu'ils ont réussi à débaucher. Dans le même temps en effet, les ingénieurs russes et chinois travailleront pour perfectionner encore leurs dispositifs.

Alors, une riposte nucléaire? C'est le risque en effet, même si celle-ci mettait en danger le monde entier, y compris les Etats-Unis. C'est la raison pour laquelle nous indiquions que Washington, s'il lui restait quelque raison, n'aurait désormais que les négociations en perspective. Il lui faudrait admettre enfin que les Etats-Unis ne seront plus jamais une hyper-puissance unilatérale.

Quant à la Défense française, il lui serait plus raisonnable, au lieu de demander comme certains dont nous-mêmes le faisions encore récemment, un 2e porte-avions nucléaire, de développer les compétences nationales non négligeables en matière de nouvelles générations de missiles hypersoniques et autonomes. On objectera qu'un navire comme le Charles de Gaulle, ou un semblable, sera toujours utile pour transporter des Rafales au plus près des zones d'intervention et que le gouvernement français, gardant raison, ne l'engagera jamais contre la Russie et la Chine.

08/03/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire