Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Descente aux enfers de la vie politique américaine

Les Etats-Unis sont encore perçus, à tort ou à raison, comme la première puissance mondiale. Néanmoins les difficultés de type systémique s'accumulent, alors que la Chine et même la Russie, ensemble, peuvent désormais leur disputer ce titre.

Par difficultés systémiques, on peut entendre celles que beaucoup d'Américains dénoncent eux-mêmes: le poids exorbitant des dépenses militaires, la multiplication de guerres sans issues menées à l'extérieur, l'incapacité de financer des dépenses d'infrastructure ou de logement devenus indispensables, la hausse des dépenses de santé se conjuguant avec une réduction croissante de la protection sociale. On pourrait ajouter à cette longue liste une recrudescence inquiétante des conflits inter-raciaux.

Aujourd'hui, la vie politique paraît bloquée par la présence à la Maison Blanche, pour 4 ans encore, d'un Donald Trump qui n'aborde aucun de ces problèmes. Cependant se profilent les prochaines élections présidentielles, D'ores et déjà, les partis Démocrate et Républicain devraient faire connaître les candidats qu'ils présenteront. Ceux-ci devraient dès maintenant, comme c'est l'usage en Europe, élaborer et faire discuter des programmes. Les Républicains, très probablement, ne reconduiront pas une candidature Trump. Qui proposeront-ils à la place?

Quant aux Démocrates, des noms circulent. Mais l'on peut s'interroger sur la capacité de certains de ces candidats possibles à traiter les problèmes de fond. La candidate dont on parle le plus en ce moment, et sur laquelle s'extasient les élites politiques et sociétales, est l'ancienne animatrice de talk shows Oprah Winfrey https://fr.wikipedia.org/wiki/Oprah_Winfrey

On peut sans faire preuve de machisme mettre en doute ses capacités à exercer la fonction présidentielle. Au mieux elle fera comme son prédécesseur Donald Trump, lui-même ancien animateur de talk shows. Elle n'abordera certainement pas les difficultés systémiques qui affaiblissent l'Amérique. On peut même douter qu'avec ses milliards elle en ait la moindre idée. Aucun autre candidat crédible ne se profile pour le moment.

Ceci n'est pas un hasard malheureux. C'est le résultat de la volonté des élites financières américaines (le 1%) de continuer à faire leurs affaires sans intervention du niveau politique et à fortiori des électeurs.

En cas de crise grave, suscitant des révoltes de la part de ces électeurs, les élites sortiraient certainement de l'ombre pour instaurer une dictature militaire, ou l'équivalent, mobilisant les ressources du très discret Complexe militaro-industriel, dit aussi Deep State.

11/01/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire