Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser

Bonne année 2018 (pour les super-riches)

Ils seront en 2018 plus riches que jamais. Leur fortune avouée, ne parlons pas de celle dissimulée, s'accroitra encore de quelques 10 à 15%. Ceci veut dire que les quelques 80% des richesses du monde qu'ils accaparent, augmenteront dans les mêmes proportions. Jusqu'où ceci ira-t-il?

Obligeront-ils les classes dites moyennes qui avaient survécu dans les pays dits développés à rejoindre les milliards de travailleurs des pays sous développés, gagnant juste de quoi survivre, sans compter les milliards de sans-emplois de moins en moins capables de survivre?

Certainement. On ne voit aucun mécanisme correcteur capable dans le cadre de la mondialisation qu'ils imposent d'empêcher les super-riches de continuer à s'enrichir. Ils détiennent, directement et indirectement, tous les leviers de commande, tous les pouvoirs. Or celui qui a la tête dans la mangeoire préfère mourir que laisser volontairement une place aux autres.

Les quelques « scientifiques » qui ont encore la possibilité de s'exprimer pourront toujours annoncer que ceci ne pourra produire que des catastrophes compromettant la survie de l'humanité, sinon celle de la vie sur Terre, les super-riches ne feront rien pour limiter leurs consommations et leurs gaspillages. Ils prétendront que grâce à eux et leur travail le produit national mondial augmentera, ce qui profitera à tous. Ils refuseront de voir que ce prétendu travail contribuera précisément à accélérer la disparition des ressources terrestres et accélèrera ainsi la venue des catastrophes finales.

Beaucoup des scientifiques évoqués ici pronostiquent que ces catastrophes finales surviendront avant la fin du présent siècle. Mais qu'importe, disent les plus illuminés des super-riches, nous auront d'ici là réussi à quitter la Terre et à établir des colonies ailleurs.

Bonne chance dirons-nous, aux quelques centaines de favorisés qui pourraient éventuellement réussir ce projet. Faute de ressources sur place et confrontés à des menaces qu'ils n'avaient pas prévues, ils dépériront misérablement en quelques années.

Note. Cet article ne représente pas nécessairement l'opinion de tous les membres du comité de rédaction

01/01/2018
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire