Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Les nouvelles forces armées russes. Position française souhaitable

Vladimir Poutine peut à juste titre se féliciter de la défaite de l'Etat Islamique en Syrie. Celle-ci a été due principalement à l'action des forces aéronavales russes, renforcées de quelques forces spéciales au sol. Cette intervention russe a permis dans le même temps de remettre sur pied et renforcer l'armée de Bashar al Assad, qui était au bord de l'effondrement.

Mais les conséquences de l'intervention russe sont beaucoup plus importantes. Les deux ans d'engagement ont été accompagnés d'un effort sans précédents de l'industrie militaire russe pour moderniser les matériels précédemment utilisés par l'armée. Celle-ci était principalement équipée de chars poussifs, dont chacun a pu constater les médiocres performances lors de la campagne de Géorgie en 2008. Aujourd'hui, à la faveur de l'engagement en Syrie, l'armée russe est devenue, au moins sur terre et dans les airs, la plus efficace du monde, tant sur le plan des hommes que des matériels.

L'article référencé ci-dessous du Russia Insider fournit, entre autres considérations tactiques, une liste détaillée des nouveaux armements aériens et terrestres à la disposition des forces armées russes. Ceux-ci leur donne une capacité de projection, c'est-à-dire d'intervention à des distances de 1.000 km et plus, infiniment supérieures à celles que pourraient utiliser d'éventuelles offensives de l'Otan aux frontières orientales de la Russie.

Il est toujours possible de suspecter des publications comme celle de Russia Insider de désinformations destinées à démoraliser un adversaire éventuel (de bourrage de crâne, selon l'expression utilisée durant la 2e guerre mondiale). Mais autant que l'on sache, les services de renseignements occidentaux ne s'y trompent pas. Il est très probable que les Etats-Unis et ses alliés de l'Otan ne se risqueront plus, malgré des gesticulations verbales dont la Pologne en particulier est experte, à menacer d'attaquer la Russie avec des moyens conventionnels. Si jamais par ailleurs, elles prenaient la responsabilité immense de faire appel pour ce faire à des armes nucléaires tactiques, même de faible puissance, la réponse russe serait à la hauteur.

La France

Cette nouvelle puissance russe n'est pas sans poser de questions à la France qui veut toujours non sans raisons, malgré les restrictions budgétaires, maintenir un minimum de forces armées en état opérationnel, tant sur terre que dans les airs ou en mer. Officiellement, la France, poussée par les Etats-Unis, a toujours prétendu se conserver en état, non véritablement d'attaquer la Russie, mais de combattre l'armée russe en cas d'agression. Mais pour ce faire, son armée et son industrie militaire devraient se doter de moyens permettant, au moins quelques jours, de résister à l'armée russe. Compte tenu du niveau de performances acquis depuis deux ans par cette dernière, ce serait une parfaite illusion.

Ceci ne veut pas dire qu'il faudrait renoncer – là encore si le budget le permettait - à mettre au point des armes terrestres, aériennes et spatiales disposant des performances russes. Tout progrès fait par l'industrie de défense trouve rapidement des applications dans le secteur civil, malgré ce que certains experts prétendent. Mais les équipements en résultant pouvant équiper les armées seraient à dose homéopathique.

Ceci veut dire que la France fait face à un nombre suffisant de menaces pouvant exiger des réponses militaires qu'elle devrait cesser, quoiqu'en veuille l'Otan, de considérer la Russie comme un adversaire. Il faudrait même le faire connaître officiellement à Moscou. La France proposerait en échange de jouer un rôle actif dans un ensemble géopolitique en train de transformer l'Eurasie en profondeur, le Bric. Dans un tel ensemble, ses forces armées efficaces pourraient coopérer, notamment avec celles de la Russie, à la défense des territoires communs contre les prochaines offensives du terrorisme islamique et de ceux qui le commanditent.

Référence
http://russia-insider.com/en/russia-has-gathered-immense-military-experience-syria/ri22018

 

.

29/12/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Nombre de réaction(s) : 1
Sur la défense française
30/12/2017 20:08:56 | Par : Michel
Voilà qui démontre à l'évidence la nécessité de faire un effort considérable tant en matière d'armements tactiques que stratégiques.
La stratégie de la « défense tous azimuts » et de « la frappe de l'homme mort » implique que nous développions considérablement nos moyens nucléaires et nos forces d'intervention, en dehors de toute communauté de défense.
La France doit avoir la possibilité de détruire totalement la ou les puissances qui l'agresseraient, voire, en cas ultime de provoquer l'apocalypse sur notre planète afin que chaque état sache que la disparition de la France signerait la fin de l'humanité.
Bien entendu, il nous faudrait aussi des femmes ou hommes d'exception capable de donner cet ordre comme le fut le Général
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire