Europe Solidaire
CultureEconomieEducationEnvironnementInstitutionsInternationalSciencesSécurité/DéfenseSocialTechnologiesValeurs
Aggrandir Réduire Reinitialiser
Les mots clés

Djihadistes de retour

Des milliers de combattants étrangers de l'Etat Islamique vont probablement rentrer faire le djihad chez eux.

On estime qu'environ 40.000 individus, hommes et femmes, sont ces dernières années venus du monde entier pour aider en Syrie et en Irak l'Etat Islamique. Celui-ci avait cru en 2014 être devenu assez puissant pour s'auto-instituer en califat. Depuis les armées régulières Syrienne et Irakienne, soutenues par les Russes et, dans une moindre mesure, par les Américains, estiment avoir éliminé l'Etat Islamique d'une très grande partie des territoires qu'il contrôlait dans la région.

Que sont devenus les combattants étrangers ? On estime que quelques centaines d'entre eux se battent encore sur place. Plusieurs milliers d'entre eux auraient été tués. Mais beaucoup ont survécu et représentent une menace considérable tant pour des pays où ils seraient partis continuer le combat que pour leur pays d'origine, s'ils décident d'y rentrer.  

Seth Jones, directeur de l'International Security and Defense Policy Center à la Rand Corporation, aux Etats-Unis, reconnait que manquent partout  les sources d'informations capables de donner des réponses fiables à ces questions.

Djihadistes de nationalité française

En France, où les autorités se sont posée la question, on admet qu'environ 1.700 candidats djihadistes, principalement masculins mais comportant un pourcentage non négligeable de femmes sont partis rejoindre l'EI en Syrie et en Irak depuis 2013. 400 à 450 d'entre eux auraient été tués. 250 sont retournés en France où ils ont été identifiés. 500 se trouveraient encore en Irak et en Syrie, pratiquement empêchés de rentrer compte tenu des contrôles aux frontières.

Il en resterait environ 500 qui ne sont pas identifiés, et qui sont des combattants éprouvés. Beaucoup se seraient arrangés pour rapporter leurs armes. Certains restent cachés en attendant de rejoindre certains pays, tels les Balkans ou l'Afghanistan, où ils pourraient continuer la lutte. Mais c'est sans doute vers le Sahel et les pays d'Afrique du Nord qu'ils essaient en majorité de se diriger.

Combien sont déjà rentrés en France, notamment dissimulés parmi les migrants ? Combien y sont prêts à reprendre le combat ? Nul que nous sachions ne peut à ce jour répondre à la question.

18/12/2017
Vos réactions
Dernières réactions
Actuellement, pas de réaction sur cet article!
Votre réaction
Vérification anti-spam
Nom/pseudo*


Email*


Titre*


Commentaire*


* champs obligatoires
Europe Solidaire